Forum du Site Mascoo
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les cavaliers mascooteurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
copinechipie
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Féminin
Age : 41
Localisation : Ailleurs...
Emploi/loisirs : Equitation, fabrication de bijoux et éléments de décoration, lecture, musique (liste non exhaustive)
Humeur : Excellente ! :-)
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Les cavaliers mascooteurs   Jeu 3 Sep 2009 - 9:52

Rappel du premier message :

Alors, vu que la communauté des cavaliers mascooteurs semblent s'agrandir, on a décidé, avec Mediavart, d'ouvrir un nouveau fil pour parler de notre passion. Ici, on parle de chevaux, de nos aventures, de notre passion, quoi ! alien

Je commence :

J'ai la chance d'avoir mes chevaux à la maison. J'ai quatre équidés que je me ferai un plaisir de vous présenter. Il faut que j'ouvre un disque dur externe pour accéder aux photos, donc les photos ça sera pour un autre jour...

Mais je vais vous dire ce que je fais, là

J'ai commencé en équitation classique et je me suis pris un nombre incalculable de gamelles. Je ne me suis fait mal qu'une fois : fracture du nez et perte de connaissance, cependant, pourtant je crois que c'était spectaculaire à chaque chute ! J'étais devenue une attraction !

Et puis, j'ai été paralysée à cheval alors j'ai rencontré Roxane (où es-tu ?) qui est instructeure diplômée du Québec (SVP ) et m'a aidée à surmonter ma peur ! Ils sont très pédagogues au Québec car j'ai eu l'occasion de faire des stages avec l'instructeure qui a formé Roxane (Nath, peut-être que tu la connais, il s'agit de Lyne Laforme, une super-nana ! ).

Et voilà que j'ai embrassé ainsi cette superbe discipline qu'on appelle l'équitation western !

Mon cheval, Pirate, s'est donc aussi reconverti pour son plus grand bonheur, je crois.

L'équitation classique est issue de l'armée.
L'équitation western est une équitation de travail. La philosophie en est donc différente et convient bien à ma conception du cheval, de l'équitation et de ce que je veux faire : surtout de la balade.

Nous montons sans mains et jambes, pratiquement, c'est à dire que nous donnons toujours un ordre bref et tant que le cheval obéit et reste dans ce que nous avons demandé, nous ne demandons rien d'autre et relâchons tout : jambes loin du cheval et rênes longues (oui oui, même au galop et j'avoue qu'au début, c'est un peu déconcertant, mais sa fonctionne très bien)

On fait principalement du dressage car les chevaux doivent savoir faire un tas de choses : on doit ouvrir des barrières, les refermer, par exemple, et ça sans que les vaches s'échappent et aussi on doit avoir des chevaux capables de se sortir de toutes les situations ! Smile

Voilà. Si vous avez des questions, j'y répondrai et parlez-moi de ce que vous faites et des chevaux que vous montez ! Smile


_________________
Appelez-moi Katelyne, Kate, Katy, Kat... Vous gênez pas ! :-)

"Apprenez, mon bon monsieur, que tout flatteur vit aux dépens de ceux qui l'écoutent." (Jean de La Fontaine)
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pays-de-katelyne.over-blog.com

AuteurMessage
louis
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Masculin
Age : 76
Localisation : FRANCE
Emploi/loisirs : RETRAITE
Humeur : TOUJOURS BONNE
Date d'inscription : 25/12/2007

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Jeu 24 Sep 2009 - 8:00

voila Nath

http://mascoo.forumpro.fr/tutoriels-et-astuces-f18/comment-inserer-des-images--en-images-t1297.htm
si difficultes sur la page d'acceuil au milieuu tu as tous les tutoriels
Bonne journee

_________________


Viens de créer un forum sur toutes les actualitées dont on parle pas ou peu a la télé ou radio

http://forumd-infos.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Tout Simplement Varié
Grand mascooteur
Grand mascooteur
avatar

Féminin
Age : 68
Localisation : Châlons en Champagne
Emploi/loisirs : Lecture, musique, expos, ecrire, ballades, photos
Humeur : Enjouée le plus souvent. Ne supporte pas le mensonge, l'injustice, les rumeurs, la xénophobie
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Jeu 24 Sep 2009 - 8:04

Coucou Louis

J'ai cliqué sur le lien et il est indiqué que seuls les administrateurs peuvent lire ce fil


Dernière édition par Tout Simplement Varié le Jeu 24 Sep 2009 - 12:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mascoo.com/boutiques/11748-Tout-Simplement-Varié.html
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Jeu 24 Sep 2009 - 10:33

allons bon !

je vais aller voir ce qui se passe ! sans doute une fausse manip de ma part ! merci cath de l'avoir signalé !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Jeu 24 Sep 2009 - 10:40

voila qui est fait ! ça devrait fonctionner ...
Revenir en haut Aller en bas
copinechipie
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Féminin
Age : 41
Localisation : Ailleurs...
Emploi/loisirs : Equitation, fabrication de bijoux et éléments de décoration, lecture, musique (liste non exhaustive)
Humeur : Excellente ! :-)
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Jeu 24 Sep 2009 - 11:13

Hé hé ! L'équipe de choc a encore frappé !

Si tu as des questions encore, n'hésite pas ! Tu verras, Nath, c'est juste une question d'habitude. On galère au début, mais après, on trouve ça super pratique ! Smile


_________________
Appelez-moi Katelyne, Kate, Katy, Kat... Vous gênez pas ! :-)

"Apprenez, mon bon monsieur, que tout flatteur vit aux dépens de ceux qui l'écoutent." (Jean de La Fontaine)
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pays-de-katelyne.over-blog.com
Tout Simplement Varié
Grand mascooteur
Grand mascooteur
avatar

Féminin
Age : 68
Localisation : Châlons en Champagne
Emploi/loisirs : Lecture, musique, expos, ecrire, ballades, photos
Humeur : Enjouée le plus souvent. Ne supporte pas le mensonge, l'injustice, les rumeurs, la xénophobie
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Jeu 24 Sep 2009 - 13:07

YESSSSSSSSSSSSSSSSSSS

Revenir en haut Aller en bas
http://www.mascoo.com/boutiques/11748-Tout-Simplement-Varié.html
Nathkhana
Mascooteur plus de 5 messages
Mascooteur plus de 5 messages
avatar

Féminin
Age : 49
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: hyéééé! J'ai réussi   Ven 25 Sep 2009 - 1:13



Gros merci. C'est génial.sa marche! Je comprend le principe maintenant! J'ai remarqué que le lien où sont les explications est fermé pour les réponses. C'est très bien, pas de dérappage.
Bon voilà...la photo, c'est mon Toup'tit mais suis-je dans le bon fil de sujet??? Il avait 2 ans à l'époque et n'a jamais dépassé le 14,3 mains(ouff vous mesurez au garot en metre je crois!!! oups j'ignore combien sa fait!)
bon tourlou.
Là il me reste à mettre mon adresse que je fréquente plus souvent que celle-là sur mon profil. Comme ca je pourrais être plus présente et me familliariser plus avec le forum.
Revenir en haut Aller en bas
louis
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Masculin
Age : 76
Localisation : FRANCE
Emploi/loisirs : RETRAITE
Humeur : TOUJOURS BONNE
Date d'inscription : 25/12/2007

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Ven 25 Sep 2009 - 6:54

merci, tres joli cheval a plus de te lire
bonne journee

_________________


Viens de créer un forum sur toutes les actualitées dont on parle pas ou peu a la télé ou radio

http://forumd-infos.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Tout Simplement Varié
Grand mascooteur
Grand mascooteur
avatar

Féminin
Age : 68
Localisation : Châlons en Champagne
Emploi/loisirs : Lecture, musique, expos, ecrire, ballades, photos
Humeur : Enjouée le plus souvent. Ne supporte pas le mensonge, l'injustice, les rumeurs, la xénophobie
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Ven 25 Sep 2009 - 8:09

Magnifique, ton toutp'tit
Encore des histoires et des photos de chevaux, Nath

Je te souhaite un excellent vendredi
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mascoo.com/boutiques/11748-Tout-Simplement-Varié.html
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Ven 25 Sep 2009 - 10:16

tout le monde !

je vois que tu as réussi Nath à mettre la photo dans ton profil, bravo ! et oui, tu es dans le fil des cavaliers donc tout va bien !

au plaisir de te revoir parmi nous ...

pour infos :

lorsque tu es dans un fil et que tu veux répondre dans le même fil sans créer de nouveau message, utilise simplement le bouton REPONDRE ... l'autre permet d'ouvrir un nouveau sujet !!!
Revenir en haut Aller en bas
copinechipie
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Féminin
Age : 41
Localisation : Ailleurs...
Emploi/loisirs : Equitation, fabrication de bijoux et éléments de décoration, lecture, musique (liste non exhaustive)
Humeur : Excellente ! :-)
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Ven 25 Sep 2009 - 11:02

Nath ! C'est super !

C'est un quarter, ton tout p'tit ?

J'étais mdr en lisant les mesures en mains !

J'adore les expressions québécoises aussi ! Elles sont très imagées !


_________________
Appelez-moi Katelyne, Kate, Katy, Kat... Vous gênez pas ! :-)

"Apprenez, mon bon monsieur, que tout flatteur vit aux dépens de ceux qui l'écoutent." (Jean de La Fontaine)
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pays-de-katelyne.over-blog.com
Nathkhana
Mascooteur plus de 5 messages
Mascooteur plus de 5 messages
avatar

Féminin
Age : 49
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Pourquoi donc...   Ven 25 Sep 2009 - 20:03

devons-nous inscrire le titre du sujet à chaques fois? C'est pourtant le même fil!!!! M'enfin

Merci pour les compliments sur Toup'tit
Oui, Copinechérie Il y avait du quater horse mais Toup'tit était enregistré Appendix....donc moitier Quater(comme vous dites) et moitier Thorobread(pure sang anglais je crois) Je l'ai revu il y a deux ou trois ans...était encore très beau mais un peu grassouillet.
Voici des photos de lui étant plus jeune, j'ai pas scanné celle du jour où je l'ai acheté...elle doit être quelque pars dans mon fouilli!



Il avait mal au pattes à l'époque car il avait fait une crise de fourbure(que le vendeur refusait d'admettre) juste avant que je l'achette. J'avais justement "deelé" le prix à cause de ca mais, il a jamais voulu descendre de son prix initial. Alors je lui ai dit que je ne le prenais pas si le transport n'était pas inclu. J,suis pas pire dans les négociations... Il a accepté croyant qu'il n'avait pas bcp de Km à faire. J'ai économisé au moins 500$ sur le cheval de cette façon....Le vendeur n'était pas très contant quand il est arrivé finalement à mon écurie... après 3 heures de route. Moi non plus d'ailleur car il a mal procédé au débarquement du cheval et j,ai due payé le vet pour des points de suture sur la pauvre tête du poulain. Depuis le temps que ce vendeur était dans les chevaux et les transportait, il aurait due savoir qu'avant d'ouvrire la porte derrière le cheval grrrr on DÉTACHE\LIBÈRE le cheval à l'avant! pfffff
Me croyez -vous si je vous dis que je n'ai moi-même jamais fait cette erreure par la suite?
Voilà pour ajd
Je vais poursuivre mes recherches de mes textes d'aventure..le seul que j'ai dans cet ordinateur est mon accident de 2002..c'est un peu bcp long. Etes-vous intéressé quand même???
Nathquisechercheunesignatureàsonimage;-)
Revenir en haut Aller en bas
copinechipie
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Féminin
Age : 41
Localisation : Ailleurs...
Emploi/loisirs : Equitation, fabrication de bijoux et éléments de décoration, lecture, musique (liste non exhaustive)
Humeur : Excellente ! :-)
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Sam 26 Sep 2009 - 10:58

D'abord, non, tu n'es pas obligée de réécrire le sujet, juste si tu veux donner un titre différent du titre original. Sinon, le sujet se remettra automatiquement ! Wink

Ensuite, une crise de fourbure, mince... Et il n'en a jamais refait par la suite ?

Et pour le débarquement, j'avoue que je suis en train de réfléchir... parce que je fais tout ça automatiquement et je ne me souviens plus de comment je fais !
Bon, Kat, tu n'expliqueras pas comment on débarque un cheval d'un van, hein ? Pourtant, j'en ai fait des embarquements et des débarquements !
ROXANE ! AU SECOURS !

Et tu peux expliquer comment il s'est blessé ? Il a tiré au renard dans le van ? (pour tous, tirer au renard, c'est quand un cheval attaqué essaie de s'échapper en se cabrant et en tirant ainsi sur la longe. C'est très dangereux pour le cheval et éventuellement pour les personnes qui sont à côté)

Et oui, bien sûr que toutes tes aventures nous intéressent !


_________________
Appelez-moi Katelyne, Kate, Katy, Kat... Vous gênez pas ! :-)

"Apprenez, mon bon monsieur, que tout flatteur vit aux dépens de ceux qui l'écoutent." (Jean de La Fontaine)
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pays-de-katelyne.over-blog.com
Nathkhana
Mascooteur plus de 5 messages
Mascooteur plus de 5 messages
avatar

Féminin
Age : 49
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Sam 26 Sep 2009 - 15:28

Ah! bon..J'écris rien sur le sujet..ok! compris! Merci

Pour la fourbure, non, il n'en a jamais refait....Et je crois savoir pourquoi.
Lors de ma visite à l'achat, je trouvais qu'il était un peu maigrichon sur les côtes. J'ai demandé au vendeur quelle quantité de moulé qu'il donnait à Flash(il l'avait nommé ainsi a cause de la forme d'éclaire de sa liste ) par jour. J'était abasourdi par l'énorme quantité qu'il lui donnait. C'était une cuadière bien remplie!!!! J'avais compris pourquoi la maman et le poulain avait eu de la fourbure. C'était bcp trop surtout avec de l'avoine ronde....
Je lui ai mentionné seulement que c'était bcp pour un si petit cheval mais sans plus...j'était pas pour montrer à un "pro" (il compétitionnait dans le reining aux hauts rangs...selon lui)comment prendre soin de ses bébètes. Voyez-vous, après une dixaine d,années dans ce milieu, j'avais compris qu'on ne pouvais pas sauver tout les chevaux ni refaire des idées déja bien établient dans la tête des cowboys...
Le bonhomme de vendeur (qui n'était ps si bon après tout) avait comme habitude de ne pas vermifuger ses chevaux sauf lorsqu'ils se mettaient à maigrir. Son véto donnait les vermifuges pas un tube noasogastrique donc, plus dispendieux(bien sur car c'est une intervention medical de plus pour le veto) et qu'il croyait à tors plus efficaces. Voilà, je crois qu'il s'est mit à donner plus de moulé aux chevaux pour compenser les pertes d'énergies causées par l'amaigrissement des chevaux..m'enfin c'était le résultat de ma réflextion de mes observations car il n'a jamais fait de crise par la suite car bien vermifuger et une moulé bien balancé pour son poid et l'exercice qu'il faisait.

La blessure dans la remorque:
Toup'tit avait la facheuse habitude de tirer au renard...oui.
Je croyais à l'époque que c'était à cause de l'épisode de la remorque à l'achat mais, je crois qu'un tel comportement ne peut être appri en une seul fois. J'ai tout fais les trucs, conseils et astuces pour régler le problème mais je n'ai obtenue qu'une diminution de ses réactions. Étais-ce parce que je le connaissait plus et pouvais prévoir quand il avait le "goût " de se lever dans les airs et tirer jusqu'a tomber sur le dos??? Possible. J'ai une hypotèse sur le comportement de Toup'tit. Attention là, j'en fais pas une règle et une loi unanime s'appliquand à tout les chevaux. C'est mon humble opinion et ce n'est pas une science parfaite là!

Cela étant dis...voici mon hypothèse: Lorsque j'ai visité l'élevage du vendeur, j'avais remarqué que tout les poulains ce promenaient avec une très petite longe au licou dans le padoc.( Ma croyance est qu'un cheval doit être nue, sans licou au champ et j'en démord pas.) J'avais posé la question du pourquoi au M.(j'vous avais dis que j'était fatiguante avec mes questions...) Il m'avait répondu que c'était pour habituer les poulains à la présence de la longe et de se dépendre lorsqu'ils posent le pied dessus....
Alors si on décortique la chose: Le cheval broutte, pose le pied sur la petite longe et sent que sa tire sur le licou. Il lève le pied et se libère autaumatiquement....
Donc, dites moi. Que fait le cheval lorsqu'il tire au renard? Dois-je expliquer plus?
Mon résonnement est que si j'avais un élevage... je ne procederais pas de la sorte!
Puisque je crois que ce comportement a été apprit très jeune et durant une période longue d'au moins un an...je ne crois pas que j'aurais eu du succes à 100% à courte échéance....je l'ai garder 3 ans. Ajd il a 11 ans. Si je l'avait gardé tout ce temps..p-e mais, j'en doute un peu.

Voilà....oh que je papotte moi!!!

Nathquin'atjrrspaseudebonneidéepoursasignature
Revenir en haut Aller en bas
louis
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Masculin
Age : 76
Localisation : FRANCE
Emploi/loisirs : RETRAITE
Humeur : TOUJOURS BONNE
Date d'inscription : 25/12/2007

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Sam 26 Sep 2009 - 15:36

tu ne papotte pas assez, merci pour ce joli recit

_________________


Viens de créer un forum sur toutes les actualitées dont on parle pas ou peu a la télé ou radio

http://forumd-infos.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Tout Simplement Varié
Grand mascooteur
Grand mascooteur
avatar

Féminin
Age : 68
Localisation : Châlons en Champagne
Emploi/loisirs : Lecture, musique, expos, ecrire, ballades, photos
Humeur : Enjouée le plus souvent. Ne supporte pas le mensonge, l'injustice, les rumeurs, la xénophobie
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Sam 26 Sep 2009 - 15:56

J'aurais attaché le mec à l'espagnolette avec la même longe
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mascoo.com/boutiques/11748-Tout-Simplement-Varié.html
copinechipie
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Féminin
Age : 41
Localisation : Ailleurs...
Emploi/loisirs : Equitation, fabrication de bijoux et éléments de décoration, lecture, musique (liste non exhaustive)
Humeur : Excellente ! :-)
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Sam 26 Sep 2009 - 17:04

Nath, je crois qu'il suffit qu'ils aient pu se libérer une ou deux fois pour qu'ils associent : je tire, je me libère !

Cela dit, les laisser tout le temps avec une longe ! Nous l'avons fait avec la pouliche, parce que Mademoiselle avait trouvé le truc pour sortir de son paddock en se baissant et en courant assez vite pour ne pas se faire prendre par l'électricité. En marchant sur sa longe, elle se ralentissait et se prenait automatiquement un peu de courant, ce qui était bien car il fallait qu'elle reste dans son paddock pour la sécurité de tous, y compris la sienne ! Wink
Masi une fois qu'elle avait compris, on arrêtait. On a dû le faire deux fois, je crois. Maintenant, elle ne le fait plus, OUf

Pour les autres, je pense que moulé = quantité.
La fourbure est un basculement d'un os du pied du cheval (qui comporte trois phalanges, c'est souvent ce qu'on appelle la 3ème phalange qui bascule). Ca peut être mortel. C'est souvent causé par une nourriture trop riche ou trop abondante. J'ai une ponette fourbue chronique. Elle est arrivée avec des pieds très très longs, je crois avoir déjà raconté son histoire. Je posterai des photos pour que Nath voie ça : c'est plutôt incroyable....

_________________
Appelez-moi Katelyne, Kate, Katy, Kat... Vous gênez pas ! :-)

"Apprenez, mon bon monsieur, que tout flatteur vit aux dépens de ceux qui l'écoutent." (Jean de La Fontaine)
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pays-de-katelyne.over-blog.com
Nathkhana
Mascooteur plus de 5 messages
Mascooteur plus de 5 messages
avatar

Féminin
Age : 49
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Sam 26 Sep 2009 - 18:58

Tant mieux si cela a réglé le problème, chaque situation sa solution j'imagine! ;-))
Nathxx
Revenir en haut Aller en bas
Nathkhana
Mascooteur plus de 5 messages
Mascooteur plus de 5 messages
avatar

Féminin
Age : 49
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Sam 26 Sep 2009 - 19:15

Merci Copinechérie pour l'éclairsissement des expressions et maladies équestre. J'oublis souvent qu'il y a surement des gens peu habitués à ce monde. Désolé.
Je dois préciser que la crise de fourbure de Toup'tit effectivement ne devait surement pas être des plus grave puisqu'il était vivsiblement récupérable. Il n'y avait pas déplacement visible de la phalange. Les radios montraient qu'une cicatrisation d'une inflamation et une sol très mince.
* La sol... en plus résumé...partie sous le sabot plus tendre que le tour(la muraille)


J'sais pas si j,ai droit de mette un dessin venant d'ailleur... supprimez le si non. Je l'ai modifier pour n'avoir que la partie que je voulais...
Nath
Revenir en haut Aller en bas
louis
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Masculin
Age : 76
Localisation : FRANCE
Emploi/loisirs : RETRAITE
Humeur : TOUJOURS BONNE
Date d'inscription : 25/12/2007

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Sam 26 Sep 2009 - 21:45

tu peut mettre toutes images, saufs enfants et tout dessins
Bonne nuit

_________________


Viens de créer un forum sur toutes les actualitées dont on parle pas ou peu a la télé ou radio

http://forumd-infos.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
roxane8500
Mascooteur appliqué
Mascooteur appliqué
avatar

Féminin
Age : 50
Localisation : liancourt (60)
Emploi/loisirs : emploi gantière/sellier/loisir équitation et créatif
Humeur : excellente
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Dim 27 Sep 2009 - 21:35

Copine,
moulé= granulé!!
Ensuite, je suis tout à fait d'accord que l'on détache le cheval dans le van AVANT d'ouvrir la porte derrière, pour la simple raison qu'en voyant la porte s'ouvrir il oublie souvent qu'il est attaché, veut sortir immédiatement, et se trouve surpris, et effrayé, de la résistance de la longe. Pour les mêmes raisons, on ne monte jamais sur un cheval attaché, même pour règler la longueur des étriers...
Nath, je vois que le monde du cheval est pourri partout, je n'ai aucun regret de l'avoir quitté. Maintenant je me sent libre, je fais ce que je veux avec mes chevaux et personne n'a intéret à venir me dire quoique ce soit. J'évite également de me mèler des problèmes des autres, sauf s'ils viennent me suplier de leur venir en aide, et là ils ont plutôt intéret à filer droit sinon je les abandonne comme de vieilles chaussettes...
Pour ma part j'ai été formée par Lyne Laforme, c'est la seule qui ne m'aie jamais déçue, c'est la seule à qui je permettrai encore aujourd'hui de me dire comment je dois m'y prendre avec mes chevaux, je suis sûre de rester dans le respect du cheval, tant au plan physique qu'au plan mental...
Revenir en haut Aller en bas
http://gscuir.monsite.orange.fr/
copinechipie
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Féminin
Age : 41
Localisation : Ailleurs...
Emploi/loisirs : Equitation, fabrication de bijoux et éléments de décoration, lecture, musique (liste non exhaustive)
Humeur : Excellente ! :-)
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Lun 28 Sep 2009 - 12:48

Roxane, je savais que tu traduirais ! Merci ! Smile

Et pour le cheval, je suppose que je dois faire comme ça aussi quand je débarque, vu que c'est toi qui m'as appris !
Mais j'avoue que je n'arrive pas à décortiquer mes gestes si je ne suis pas en situation. Cela dit, je n'ai jamais eu de problème de débarquement. D'embarquement, si ! Tu te rappelles Quater, Roxane ? (il vit toujours, au fait)

Ben alors, les deux instructeures western formées au Québec, je pensais que vous auriez plus de choses à vous dire...


_________________
Appelez-moi Katelyne, Kate, Katy, Kat... Vous gênez pas ! :-)

"Apprenez, mon bon monsieur, que tout flatteur vit aux dépens de ceux qui l'écoutent." (Jean de La Fontaine)
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pays-de-katelyne.over-blog.com
roxane8500
Mascooteur appliqué
Mascooteur appliqué
avatar

Féminin
Age : 50
Localisation : liancourt (60)
Emploi/loisirs : emploi gantière/sellier/loisir équitation et créatif
Humeur : excellente
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Lun 28 Sep 2009 - 22:09

Je ne peux pas oublier Quater, j'avais si peur qu'il me fasse un arrêt cardiaque entre les mains....Suis bien contente de savoir qu'il vit encore!
Revenir en haut Aller en bas
http://gscuir.monsite.orange.fr/
copinechipie
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Féminin
Age : 41
Localisation : Ailleurs...
Emploi/loisirs : Equitation, fabrication de bijoux et éléments de décoration, lecture, musique (liste non exhaustive)
Humeur : Excellente ! :-)
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Mar 29 Sep 2009 - 10:34

Il est toujours limite, mais il se maintient ! Quel sauvetage, celui-là ! En effet, j'ai eu peur aussi, surtout quand tu m'as dit qu'il paniquait...
Et au final, quel travail tu as fait ! Il est monté en 30 secondes et a voyagé comme un chef.

Je vous explique : il s'agit d'un cheval qui faisait la rame dans un club (les cours, quoi). Il allait être "réformé", ce qui voulait dire qu'il allait partir à l'abattoir avec un autre de ses congénères. Nous sommes intervenus à plusieurs pour le sauver : les membres du club l'ont racheté aux Haras Nationaux à qui ils appartenaient. Le jour du départ pour une maison de retraite idyllique, il n'a jamais voulu monter. Nous avons fini par renoncer et par emmener Totem. C'était en 2003.

Mais on n'allait pas abandonner Quater. Nous avions l'intention de le mettre définitivement à l'abri chez moi, sachant qu'on pouvait le ramener à pieds. Le problème, c'est que quand on est arrivés pour l'emmener, le cheval boitait. Nous avons donc cherché un vétérinaire et c'est comme ça que j'ai fait la connaissance de celle que j'appelle "la petite fée des animaux". Elle a diagnostiqué une blème : il s'agit d'un hématome sous la sole (le dessous du pied comme montré sur le dessin de Nath). La vétérinaire a percé la sole (c'est de la corne) pour vider le pied du sang : ce cheval n'a pas bougé et pourtant il a eu mal ! Et l'a mis sous traitement avec un fer spécial pour protéger la blessure. Tous les jours, nous sommes allés, Zhom et moi, au club pour lui faire sa piqûre d'antibiotique, lui donner un mélange de carottes et de pommes avec son anti-inflammatoire. Et passer du temps avec lui. On a d'ailleurs dû arrêter le traitement anti-inflammatoire car il ne mangeait plus, à un moment donné.

Puis, il a été guéri, mais là, il gelait et le sol était tellement enneigé et glissant qu'il était hors de question de le ramener. Nous avons continué à aller le voir. Puis on a pu le ramener, c'était en janvier.

En juin, il a été décidé de l'emmener à son lieu de retraite. Et c'est là que Roxane est intervenue car elle lui a réappris à monter dans le van en plusieurs séances : et ce cheval qui préférait se coucher que monter dans le van a fini par monter nickel ! Eh oui ! C'est vous dire encore une des grandes qualités de Roxane !

On l'a emmené, il n'a pas bougé dans le van, pourtant, il y avait plus de 5 heures de trajet.

On a passé deux jours sur place. Il y avait d'autres chevaux là-bas et Quater s'est joint à un groupe. Quand on est partis, Quater est sorti de son groupe en nous regardant et a henni. La copine chez qui il arrivait et qui est une coutumière des sauvetages (elle avait participé à celui-là, d'ailleurs) n'avait jamais vu ça ! Quater nous remerciait et nous disait au revoir à sa façon.

Tout le monde s'accordait à dire que ce cheval allait mourir parce qu'il était malade du coeur. Eh bien, 6 ans après, il est toujours vivant ! C'est un de nos plus beaux sauvetages...


_________________
Appelez-moi Katelyne, Kate, Katy, Kat... Vous gênez pas ! :-)

"Apprenez, mon bon monsieur, que tout flatteur vit aux dépens de ceux qui l'écoutent." (Jean de La Fontaine)
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pays-de-katelyne.over-blog.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Mar 29 Sep 2009 - 12:55

j'adore lire vos papotages mesdames les cavalières ! bon, je n'y connais rien en chevaux mais c'est pas grave !

je vous admire en tout cas de vous battre pour les sauver ! ça me colle des frissons partout !!! je vois qu'il y a vraiment des c..ns partout y compris dans les éleveurs, ça me sidère ! comment peut-on être sans attention quand on en fait son métier ?

je me languis de vous lire encore et encore !
Revenir en haut Aller en bas
Nathkhana
Mascooteur plus de 5 messages
Mascooteur plus de 5 messages
avatar

Féminin
Age : 49
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Mer 30 Sep 2009 - 8:09

L'épreuve de Nath


Entre les parenthèses sont des idées à développer...les noms et villes ont été changés pour des raisons évidentes

Dans la vie, parfois on se demande sincèrement pour quel raison nous rencontrons certaines personnes et on se demande si c’est possible que des évènements soient en train de nous parler, nous avertir, de nous mettre en garde.


( À l'age que j'ai, je n’ai plus de temps à perdre avant de me décidé de vivre ce qui me passionne et me fait rêver….après tant d'années de formation et tatati)


C’est par les annonces d’Internet que je trouvais les adresses où des chevaux potentiellement achetables étaient à vendre.
Lors de mes recherches du cheval idéal, j’ai rencontré toute sorte de gens. Des vieux, des jeunes, autant de femmes que d’hommes, des honnêtes, des maquillons, des gros, des petits, des jasant, des muets(dans le sens qui disent pas grand chose) . Beaucoups de kilomètres parcourus au quatre coins cardinaux, rien ne m’arrêtaient dans ma quête DU cheval. C’est sur les limites des cantons de l’est, dans un village grand comme ma main nommé Idemsville que j’ai fais la rencontre d’une petite adolescente plein de talents équestre. Elle voulait désespérément me vendre sa petite jument parce qu’elle ne voulait plus laisser son cheval dans cet endroit qu’elle jugait dangereux pour la sécurité de son cheval et elle n’avait pas les moyens de payer une pleine pension ailleurs. Elle tenait beaucoup à ce que je sois celle qui achète son précieux cheval qu’elle adorait tant. Malheureusement la bête ne correspondait pas à mes besoins. La petite en pleurait à chaudes larmes ce qui me mit tout à l’envers. Tel fut les débuts d’une belle amitié entre Valérie et moi. Nous avons gardé contact via internet. J’appris à la connaître de cette façon. Cette petite fonceuse trouva l’énergie et les ressources disponibles dans son bled pour garder la jument bien à elle et dans un lieu plus sécuritaire. En échange de services et de travaux, elle pue se payer une pension convenable. Jenny était sauvée à mon grand soulagement. C’était une jument pas tellement grande(15 mains tout au plus) de couleur bay pommelé avec beaucoup de caractère mais au potentiel énorme. Une appendix(mélange de race) qui apprenait vite mais montrait une nervosité du sand des thoroughbreds, la race du cheval de course au sang chaud.
Val pratiquait la selle classique et sautait allègrement de petits obstacles avec Jenny. Les connaissances de Valérie en équitation sont considérables. C’est une vraie fille à chevaux et une passionné. On pouvais remarquer qu’elle était avide d’informations, de connaissances. Durant l’essai de la jument, avec mon bagade plus expérimenté qu’elle en frais d’étologie du cheval, je lui montra ce qu’elle devait travailler sur sa bête afin de poursuivre l’évolution du bel animal qui soit dit en passant, à cette époque, n’était pas très avancée dans son entraînement/éducation. Cela me valu l’adoration sans borne de la petite et évidemment, elle me demanda de revenir lui donner des cours malgré la grande distance qui nous séparait. Et ce même si je pratiquais une discipline un peu différente. La base de l’équitation est la même pour tous, c’est ce que nous faisons avec qui fait la différence. Un cheval reste un cheval. J’ai pue retourner une deuxième fois quelques semaines plus tard et nous avons passé toute les deux une journée magnifique à parler de cheval, d’entraînement, d’objectifs personnels et de projets futurs.
Les mois d’été ont passé, le cheval idéal se trouva(dois-je en décrire les particularitées de mon cheval idéal?) et mes participations aux compétitions ainsi que mon retour au travail à temps plein m’empêcha de les revoir plus souvent. Mais je me promis bien d’aller passer une autre journée avec elle durant mes vacances au mois de septembre. Pour une instructeure, une élève qui apprend aussi vite et a autant de talent, c’est très stimulant.


Le dernier jeudi de mes vacances, je pue finalement dire à Val que je montais dans l’Est là voir le lendemain. Elle avait très hâte de me montrer toutes les choses qu’elle avait accomplie sur les poulains débourrés de cet été. On se promettait une belle journée de travail de cheval. J’en salivais. Wow cela sera très plaisant.

Ce vendredi matin, je me réveilla nerveuse. Je me demandais bien pourquoi j’étais si frénétique. Bahhh j’avais hâte, c’est tout. Il est 8h 00 du matin. Je ne mis pas long à comprendre pourquoi. La raison de ce stress venant du vacarme de mes enfants qui rouspettent pour ne pas aller à l’école. Ils n’étaient pas assez rapide et ils mettaient leur père en retard au travail.
-Ahhh! Merde, sa commence bien la journée.


Moi la maman, j’essais tant bien que mal de tempérer les querelles jusqu’au départ de tout ce beau monde. Ensuite je fais un peu de ménage vite fait dans la maison et vroum, je saute dans mon auto. Guch! Une lumière rouge se mit à clignoter dans ma tête. Je me rappelle subitement que la veille, ma copine Natacha de l’écurie où mon cheval est pensionné, passe de dure moment. Je devais me rendre à mon écurie ce matin pour passer un peu de temps avec elle pour essayer de lui remonter le moral. Ahh! Merde et en plus j’ai un rendez-vous à 16h chez l’ostéo.

(décrire mon tempéramment déshordonné dans la vie)

-Qu’es-ce que je fais? Que je marmonnais pour moi-même.

Bon, alors je vais aller à l’écurie voir si Natacha est là, lui proposer de venir avec moi là bas. Comme ça on aurait le temps de parler pendant le voyage de 40 minutes. Et puis, plus on est de fou, plus on s’amuse. Je prévois revenir vers 15h pour mon rendez-vous chez l’ostéo. Val sait que je ne peux pas arriver avant 10h, je vais être en retard, c’est évidant. Il est déjà 9h30 quand j arrive à l’écurie pour voir Natacha et prendre mon équipement. Elle n’était pas encore là. Je demande à Karine de transmettre mes excuses à Nat que je la verrai le plus tôt possible. Quand, cela je ne le sais pas mais je dois partir dans l'EST etc.

Soudainement une cavalière me retient par le bras, c’est à croire que tout le monde s’est passé le mots pour me retenir. Elle commence à me jaser de la compétition de demain. Le transport à prévoir des chevaux et j’avais complètement oublié de faire les arrangements. La chance est avec moi car elle me dit qu’elle va s’en occuper elle-même. Il est maintenant 10h.

- ouhaaa 10heure ! Et je ne suis même pas parti.
[]10h10- Je suis dans l’auto et je démarre….Enfin.


Bon es-ce que je me souviens du chemin? « Non » que ma tête me dit.


Ben oui, je trouverai bien lorsque je serai rendu proche.


Pendant que j’essais de me souvenir du chemin en roulant, je rencontre Jean-Yves, le proprio de l’écurie que je viens tout juste de quitter, qui revenait de faire un transport de chevaux. Nous nous saluons juste à la dernière seconde du croisement de nos véhicules. J’eus à ce moment un frisson bizarre qui me disait que ce que je faisais n’est pas correct.


- Mais voyons donc, tu n’as pas tué ni volé personne à ce que je sache. Que je me disais !


- Et puis Jean-Yves, si il avait besoin de toi à l’écurie il te l’aurait dit, non? Et il n’a rien à dire des cours que tu donnes à l’extérieur de son écurie! Aller part t’amuser tranquille. Tu vas longer ton cheval ce soir et tu te sentiras mieux. Maintenant en route sur l’autoroute 10 en direction de Sherbrook.




(Je dois parler de la température)


Pendant que je roule à vive allure, j’ ai beau essayé de me souvenir du chemin, je n’y arrive pas. Mon dernier recours est un coup de fil à Val. Elle m’explique et me nomme les noms de rue à emprunter. Voilà, je devrais arriver dans 35 minutes car je roule à 140km/h.
J’atteins enfin la sortie que je dois prendre. Aller, hop! Il reste tous juste 10 minutes de route à faire. Mais malheureusement, avec mon empressement, je me perds dans les rangs ussi identiques les uns les autres. Il me semblait reconnaître les noms de rue mais jamais ils aboutissent là où je dois aller. Après presqu’une heure de recherche, je me parle encore à moi-même.


-Mais voyons, qu’es-ce qui se passe? Nath c’est un signe que tu ne dois pas te rendre à cet endroit aujourd’hui. Rappel Val, dis-lui que tu retourne à St-Jean pour ton RV d’ostéo. Il est trop tard, il est maintenant midi, ils vont finir le travail sans toi. Aller! Sois raisonnable. Retourne à la maison. Que la petite voix fatigante me dit dans le font de mon crâne.


- Argh! Laisse-moi tranquille toi! Que je lui répond à haute voix !


Après deux heures de retard et trois arrêts pour demander mon chemin à des passants, j’arrive enfin à Idemsville. Val m’attend sur le coin de la rue juché sur un cheval de couleur sorrel que je ne connais pas. Son visage est fermé et aucun sourire apparaît lorsqu’elle me reconnaît dans mon auto. Je me dis qu’elle doit être gênée. Cela fait quand même un petit bout de temps que nous nous somme pas vu ou p-e que je me trompe et qu`elle est fâchée. J’espère que non. En tournant le coin de l’écurie pour stationner mon auto j’appersois la bête déjà sellée qui me sera dédié avec une selle western môche sur le dos et personne d’autre à l’horizon sauf p-e des petites groopys d’écurie. Je reconnus la bête du premier coup d’œil. C’était miss Jenny en personne.



- Tu ne m’avais pas dit que nous serions plusieurs à partir en randonnée?


- Ils sont déjà partis devant. Nous les rattraperons en faisant le chemin inverse. Qu’elle me répond.


Tout en me dépêchant à monter j’inspecte cet harnachement que l’on m’a refilé, je remarque qu’elle porte une bride à deux reines. Urck. Je n’ai jamais apprécié de monté à double enrênement. Et puis cette jument est trop sensible pour mettre quelque chose de sévère comme ça, je me disais.


-Pourquoi lui as-tu mise cet accoutrement là? C’est très sévère pour une petite promenade.


-Je préfère la monter de cette façon en randonnée car elle se tient plus tranquille avec ça. Qu’elle me lâcha avec son air fermé.


Et puis, je n’ose dire quoi que se soit d’autre. En temps normal j’aurais chiâlé et enlevé cet équipement pour mettre le mien. Mais là, je suis très mal à l’aise de mon retard et je me clous le bec. Ne voulant pas faire de mal à Jenny, je décide donc de la contrôler avec les rênes du filet seulement( le plus doux). C’est dans cet état d’esprit que l'on partis en randonnée, nerveuse et mal à l’aise. Tout en parlant comme des pies, Val nous dirigea dans le petit village asphalté pour aboutir dans une petite rue boisée. Elle me raconta que Jenny n’avait pas travaillé depuis au moins deux semaines et me fit remarquer qu’elle était " calme ". Ouf! .. T’appelle ça calme, toi ? Tu n’as pas senti ce que j’ai au bout des doigts. Que je me disaisen moi-même! Elle n’était pas agitée proprement dis mais elle n’était pas très malléable en fait de direction non plus. Mme veut aller où bon lui semble. Surtous S,approcher du beau sorrel pour lui attirer des noises.. Avec moi c’est plutôt du genre," reste entre les rênes et va devant. T’as rien a redire…".


Mon état d'esprit n'était p-e pas la meilleur pour une jument aussi sensible...(expliquer les raisons)


Ma petite copîne me confia aussi qu’elle passe l’Halloween avec son cheval déguisée en personnage célèbre comme ZORRO. L’année dernière elle a même fait un truc à quelques reprises que les enfants impressionnés appréciaient bcp. Elle faisait lever Jenny debout très haut sur ses postérieurs comme dans les films… pale Pas trop brillant et pas sécuritaire que je maugrais dans ma tête d’instructeur chevronné. Mais bon, il ne faut pas oublier que c’est une jument qui appartient à une adolescente de tous juste 16 ans…
En chemin, Valérie me disait qu’elle aurait pue me faire monter le nouveau cheval sorrel qu’elle avait mais elle ignorait son caractère et ne voulait pas prendre de chance. Il paraissait TRÈS calme et manquait d’impulsion et son œil restait doux même quand il hésitait pour avancer dans les rues du village. Une belle petite bête qui en avait vue bcp trop pour son age et avait besoin d’être retravaillé car il avait servi à donner des cours dans un camp de vacance pour enfants durant l'été. Valérie et Bob( le proprio de l'écurie de Val) avaient pour mission de remettre le cheval en question sur le droit chemin.


Justement, Voilà- ti pas Bob.


.......À SUIVRE SI SA VOUS INTÉRESSE!
Revenir en haut Aller en bas
louis
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Masculin
Age : 76
Localisation : FRANCE
Emploi/loisirs : RETRAITE
Humeur : TOUJOURS BONNE
Date d'inscription : 25/12/2007

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Mer 30 Sep 2009 - 8:18

merci bien pour ce joli expose
Bonne journee

_________________


Viens de créer un forum sur toutes les actualitées dont on parle pas ou peu a la télé ou radio

http://forumd-infos.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Mer 30 Sep 2009 - 10:09

yes ! on dirait le début d'un roman ... j'attends la suite avec impatience !
Revenir en haut Aller en bas
Nathkhana
Mascooteur plus de 5 messages
Mascooteur plus de 5 messages
avatar

Féminin
Age : 49
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Mer 30 Sep 2009 - 14:57

cricridemonta a écrit:
yes ! on dirait le début d'un roman ... j'attends la suite avec impatience !

Effectivement, c'est en travail sur ca...vous ne suis pas rendu très loinet c'est non fignollé et incomplet comme vous avez pue le remarquer.

La suite???
Nath
Revenir en haut Aller en bas
Nathkhana
Mascooteur plus de 5 messages
Mascooteur plus de 5 messages
avatar

Féminin
Age : 49
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Mer 30 Sep 2009 - 15:25

Suite du premier chapitre de L'ÉPREUVE DE NATH

Justement, Voilà- ti pas Bob monté sur un superbe poulain Quater Horse tout en sueur qui revenait trottinant, accompagné d’une petite blondinette( Catherine) de 13 ans elle-même monté sur son obèse cheval que je ne reconnaissait pas la race vue l'abondance de graisse nommé Joé. Bob profita de notre rencontre pour décrire sa randonné
-Ce n’est pas facile un poulain. Il a juste 4 ans et c’est sa première sortie dans la nature. Qu’il nous dit fièrement!
Bob est un homme de bel apparence pas trop grand dans la soixantaine, les cheveux poivre et sel. Un ancien gardien de prison à la retraite qui fait son jogging tous les matins et apparemment dans une forme physique remarquable. Avec son air sympathique, il nous fait un signe de la main en signe de tantôt. Catherine a choisit de finir la randonnée avec nous. Toutes les trois on bavarde jusqu'à l’arrivée d'une voie rapide. Ce genre de route simple de campagne que les automobilistes savent d’avance qu’il y a très peu de surveillance policière et en profitent pour rouler au maximum.
Valérie me dit que nous devons traverser cette route pour continuer. Jenny se tortillait afin de trotter à son goût et de coller les autres chevaux. Nath est aux commandes,(les temps de verbe m'énervent) la juju réalisa qu’elle ne pouvait faire ce quelle voulait. C’est au moment où nous somme, au beau milieu du pavé de cette route dangereuse qu’elle me dit que cela ne fait plus son affaire. Mme n’aime pas être contrôlé de la sorte. Nous étions presque rendu de l’autre coté de la rue quand elle se met à piétiner, grogner et soulève ses antérieurs d’ un pied et demi environs( ½ mètre).
-Ma foi, elle a osé jaké ! Quel culot! Je me disais. Toute suite après la traversée, je la fit céder de la bouche assez catégoriquement pour lui montré que je n’avais pas apprécié son petit jeu et qu’elle ne devait pas se pendre à mes mains, surtout la droite qu’elle prenait plaisir à peser dessus de tout son poid de tête…ouf c’est lourd une tête de cheval . Val s’exclama.
-Wow! Elle est belle comme ça mais elle est fâchée.
Jenny était rassemblé avec l’encolure ronde comme un étalon en rute toute légère dans mes mains qu'elle ne tirrait plus. Je m’efforça à la laisser tranquille par la suite afin de la récompenser de sa collaboration et son ouverture d’esprit soudaine! Je proposa aux filles de trotter pour faire sortir un peu de frustration. Surtout celle de Jenny, mais Valérie refusa prétextant qu’elle ne connaissait pas assez le cheval qu’elle montait. Mes paroles intérieures se mirent à crier toutes seules : « Ouais! p-e mais moi j’ai une jument frustré en dessous de moi qui ne cesse de me tester et j’en ai mare.
Je regardais ce pauvre petit cheval à coté de moi qui semblait me dire. Aller, vient me voir, tu auras la vie plus simple avec moi. Mais je fis la bonne fifille et ne dis point mots à mes randonneuses et abdiquait à l’iéde de devoir faire avec Mme Jenny. Cela n’a pas prit beaucoup de temps pour qu’elle recommence son manège. Elle se courbait vers la gauche sur les chevaux des mes accompagnatrices, en se dandinant de plus bel.
- Grrrr place-toi Jen. Si non je descend et je marche à côté de toi…tu devra te faire à mon pas. Que je rageais en moi-même.
Elle s’obstinait à se pendre à ma main droite de tout son poid que sa belle tête pouvait donner et mine de rien, elle tentait d’aller mordre les autres chevaux qui nous accompagnaient. J’essais donc de corrigé la délinquante sans jeste brusque mais elle refusait de coopérer.
Cette fois, elle leva haut dans les airs..... Beaucoup trop haut.

fin du premier petit chapitre

Nathxx
Revenir en haut Aller en bas
Nathkhana
Mascooteur plus de 5 messages
Mascooteur plus de 5 messages
avatar

Féminin
Age : 49
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Mer 30 Sep 2009 - 16:24

Suite de L'ÉPREUVE DE NATH
deuxième chapitre


Dans les bois accompagnés de deux jeunes filles, j’encaisse donc une autre révolte de la jument supposément calme. Elle résistait ardemment à me donner le coté droit de sa bouche. Je ne gardais que la pression sur ce coté en me préservant bien de ne pas tirer plus fort. Elle se leva brusquement dans les airs tellement hauts qu’elle bascula sur le dos, m’emmenant avec elle dans sa bêtise.
Malgré mes connaissances en la matière, malgré que je transfère tout mon poids vers l’avant, même après avoir lâché la reine de droite, le pire arriva. Comme dans les films le temps semble être suspendu, comme si tout se passait au ralenti. Un million de choses se passa dans cette fraction de seconde. Dans mon cerveau affolé qui constatait la chute inévitable, les pensées y défilaient à vive allure.
« Oooooooh my god. Ça va faire mal…ça va faire trèèèèèès mal. Saute Nath…. SAUTEEEEEEE BON DIEU DE MERDE. aaaaaahh je n’arrive pas à enlever mes pieds des étriers trops étroits. Je suis priiiiiiiise. »
Mes yeux se fermèrent constatant que j’était piégé là. J’eus le réflexe, venant de je ne sais où, de me mettre toute molle. C’est peut-être mon ange gardien qui tentait de minimisé les dégâts, du moins, j’aime croire à cette hypothèse. Le coté droit de mon corps toucha douloureusement le sol en premier. Et croyez moi je ne suis pas un poids plume alors, lorsque sa tombe, sa tombe lourdement. Du même moment je tournais la tête vers ma gauche pour apercevoir le dos de la jument qui était sur le point de m’écraser brutalement. Ce dernier coup me transmit une douleur indescriptible qui me transporta non pas dans les limbes mais ailleurs. Comme si mon âme, pour quelques secondes, se séparait de mon corps durement éprouvé. Et là, ma cervelle hurlait des paroles qui ne furent entendu par personne, sauf moi.
«AAAAHHHH LA DOULEUR…JE VAIS PARALYSER COMME CHRISTOPHER REEVE. P-E MÊME QUE, JE VAIS MOURIR.
-URCK, JE VAIS MOURIR EN RANDONNÉ…J’DÉTESTE LA RANDONNÉE ….NON…. C’EST TROP HUMILIANT… JE VEUX MOURIRE EN COMPÉTITION. DANS UNE RUN DE BARILS QUI CASSE DES RECORS, PAS ICI! nooooooooon, SVP pas en randonnééééé
Pendant un long moment, j’absorbe la douleur et mes hurlements silencieux. Valérie me voyant par terre me cria :
-Nathalie…es-tu correct?
Même si je voulais faire plaisir, je ne peux pas mentir sur ça. Reprenant lentement mon soufle couper par le coup.
-Non. Que je lui répond !
Tout en restant calme pour ne pas effrayer les petites je lui réponds d’une voix voilée par le souffle qui n’est pas tout à fait revenu.
- ça fait mal…je vais laisser le mal s’estomper avant de faire quoi que se soit.
Elle me répondit d’une voie presque adulte :
-c’est mieux que tu prennes ton temps
J’étais resté allongé tel que tombé, sur le coté droit. Mes yeux fermés et je priais pour que cette douleur insoutenable parte le plus vite possible. En même temps j’essayais de la localiser. Je me demandais pourquoi je n’arrivais pas à savoir qu’es-ce qui me faisait mal. C’était p-e trop étendue comme blessure que je me disais. Je savais que la jument était déjà debout. Évidemment elle n’avait rien, aucune égratignure. Et puis, on s’en fou. En autant qu’elle ne me marche pas dessus. J’ai entendu vaguement Valérie dire à Catherine d’attraper Jenny pour ne pas qu’elle s’en retourne comme une folle à l’écurie. Catherine agrippa Jen par le montant de la bride. Donc j’étais assuré( ou presque) de ne pas l’avoir dans les jambes. Façon de parler. Ce danger était maintenant écarté. La douleur s’estompait enfin, je me mis à explorer mentalement mon corps commençant pas la tête et descendant chaque partie séparément. Ma tête ne fait pas mal. Mon cou ainsi que mes épaules non plus. Le haut de mon corps ne m’annonce rien qui va mal. C’est quand même bien. Seulement un peu de brûlure qui se fait ressentir sur le bout du coude droit, je peux facilement identifier une bonne éraflure. Bah! ce n’est rien. Pas de douleur le long de ma colonne. Le bas aussi est OK. Je suis pratiquement sure que je ne paralyserai pas si je bouge. M’enfin je crois bien. Je vais bouger mes orteils puis mes pieds, on verra bien. OK tout bouge normalement et pas de douleur suspecte pour m’annoncer qu’il y a pire. Je dois bouger mes jambes maintenant. Ah! cela me donne un peu de douleur plus haut vers la gauche. Où la douleur se localise-t-elle? AH! Le bassin, ça c’est le bassin. J’en suis sure. J’ai aussi un bon pincement de douleur sous moi, juste au haut de la hanche droite. J’identifie un gros hématome à venir. La douleur est supportable pour l’instant. Bon je dois vérifier mes hanches. Comment est-ce qu’Hélène fait ça déjà? »
Comme infirmière auxiliaire, j’ai vu des centaines de fois les coordonnateurs et mon subalterne Hélène faire des examens secondaires lors des chutes des personnes âgées. Cette idée me sert énormément à garder mon sang froid et à me souvenir des gestes à poser. Je sais que pour vérifier les fractures de hanche (Je suspecte la gauche car je sens la douleur se préciser sur ce côté), je dois être sur le dos pour voir si une des jambes est plus courte que l’autre et voir si elle bascule involontairement sur le coté. Je suis persuadé que je reconnaîtrai les symptômes mais je dois d’abord pivoter sur le dos. J’ai peur, j’ai foutrement peur. Tous de même, je me décide de tournre. Un crie rauque sort involontairement de ma bouche
-aaaaaoutch !
Comme je m’en doutais, cela ne fait vraiment pas de bien. Pendant que je pivote, je sens mon bassin décousu bouger de façon inhabituelle.
« Oups.. Ça ce n'est pas normal mais je dois voir une chose à la fois. J’étais rendu dans mon évaluation de mes hanches. C’est ce que je vais faire en premier.
- Laisse la douleur ralentir pour poursuivre ton examen Nath! C’est ta seule façon de ne pas paniquer. Il ne faut pas faire peur aux petites. N’oublis pas, tu auras sûrement besoin d’elles pour te sortir d’içi.
Alors je lève lentement le haut de mon corps pour m’assoire afin de voir mes jambes. Elles sont droites et égales. Good. Je les bouge tant bien que mal vers le haut, plis, déplis et les redescendrent en supportant la douleur, elles sont encore égales. C’est bon. Je ne crois pas que ma hanche soit fracturée, bonne nouvelle. Espérons que mon évaluation est exacte.
Maintenant je peux m’attarder à ce mal de bassin. Ce n’est pas constant mais cela irradie royalement dans le fort de la douleur. Je n’ai aucune idée du comment vérifier le bassin. De temps en temps les oreilles me bourdonnent et le cœur fait des bons. Je crois être capable de tenter de me lever. Je sais dans le profond de mon âme que je ne devrais pas mais je saurai si je suis stupide ou pas. Si je réussis ça, que je me dis, je suis sortis du bois ou presque. Alors avec des mouvements lents qui en disent bcp sur mon état, je me mets à genoux pour me lever. Sa ce passe pas trop mal. Un pied puis le deuxième je me redresse avec plein de feeling bizarre dans le bas du ventre qui ne ressemblent en rien à ce que j’ai vécu dans ma vie.
Vroum, zloup du genre intestin qui se mets à imiter un serpent puis oups ma vision change. Je ne vois que du blanc et sens mes jambes qui ramollissent.
« Nath tu es en train de perdre conscience. Couche-toi avant de retomber sur tes blessures. Aller vite, élèves tes genoux dans les airs. Il faut faire monter le sang dans la tête, il ne faut pas perdre conscience. Sinon tu ne vaudras pas cher. »
Pour une fois, j’obéis à mes pensées et j’ordonne Valérie de me parler de n’importe quoi. Nous devons aller chercher de l’aide. Mon cellulaire est resté dans l’auto. L’adolescente demande d’une voix devenue plus adulte à la jeune Catherine si elle se sent capable de retourner seul chercher de l’aide. La petite répond qu’elle va essayer. La voilà partie au pas comme nous lui avons dis de faire. Reprenant mon souffle et mes couleurs, toute surprise de voir que je suis encore de ce monde, je me mets à réfléchire.
« Là t’es vraiment dans la merde. Je t’annonce officiellement que tu es stupide. Se peut-il que dans ton ventre tu as une hémorragie interne? Quel sont les symptômes d’une hémorragie? La réponse ne vient pas… …pfffff on le verra bien dans pas grand temps. Je ne veux pas céder à la panique. Faut pas penser à l’hémorragie même si cela m’aiderait à savoir quoi faire. Si t’as pas d’hémorragie, pis espère que non parce qu’il me reste pas bcp de temps devant toi, ton bassin à quelque chose c’est évidant. Cassé??? P-E mais une chose est sur…je ne veux pue ressentir ce mal attroce. »
Pendant que je réfléchis, Val me pose des questions que je tente de répondre le plus honnêtement possible sans lui faire peur. Je sais bien qu’elle m’a vue faiblir tantôt. Elle me l’a dit d’ailleurs. Je lui confirme que je ne pourrai pas remonter à cheval, ni même sortir d’ici à pied. Je lui fais comprendre aussi que je risque de me faire plus de mal avec ce bassin désarticulé si je tente de me relever une autre fois. Subitement cela me fait penser à une solution. Je pourrais essayer d’ immobiliser le bassin….Mais avec quoi?
Je lance tous d'un coup à la jeune fille qui fait ça comme une grande:
- Valérie, il me faut quelque chose pour attacher mon bassin. Je pourrai p-e marcher un peu de cette façon. Je solidifierais quelque peu les os pour pouvoir au moins m’asseoir dans une voiture sans tomber dans les pommes au moindre mouvement. Somme –nous loin de la route? Pense-tu qu’on peut venir ici en pick-up?
Elle me répond
- Oui il peut venir ici je crois. Veux-tu les reines? Je peux les dénouer!

Le cuire des reines est très étroit. J’aurai préféré quelque chose de plus large du genre ceinture d’homme pour faire comme un corset. J’accepte vue qu’il n’y a pas d’autre choix qui s'offre à moi. On choisit les plus larges. Ma hanche droite devient de plus en plus sensible. Il en émerge lentement une bosse. Sûrement une accumulation de sang car l’os est solide au touché et rien ne bouge sous la palpation. J’aurai donc un ecchymose impressionnant vue la douleur. Mes bras ont encore de la force mais je dois m’y prendre à 3 ou 4 reprises pour lier le morceau de cuir et je dois trouver un moyen de ne pas faire de pression sur cette bosse, c’est trop intolérable comme douleur. Mon substitue de corset en place, je tente de nouveau de m’assoire. Mais là pas question d’aller vite. J’attends entre chaques mouvements que mon corps s’habitue et que ma tête cesse de tourné. Impossible, la lumière blanche revient aussitôt le premier genou placé sur le sol.

Non je n’y arriverai pas, mes forces diminuent lamentablement grrrrr. OK trouve une autre solution plus facile, moins fatigante pour me lever. Oui! Il y a une grosse roche assez proche. Je vais ramper jusqu'à son sommet et me tenir debout avec l’aide du cheval, je pourrai p-e marcher en m’appuyant dessus.
Avec l’aide de Val, on ramène le cheval sorrel qui est resté calme près de la grosse roche. Cet hongre* est super gentil et très patient. Il me laisse suspendre tout mon poids à la selle et me tirer debout. La roche ayant fait la moitié du chemin, ce ne fut pas trop durs d'arriver enfin sur mes deux jambes. Je luttais constamment contre les chutes de pressions hypocrites(trouver un autre qualificatifé hypocrite) qui revenaient constamment devant mes yeux. Je décidais de poursuivre. Le hic c’est qu’a chaque fois que je mettais mon poids sur le cheval, celui-ci refusait catégoriquement d’avancer. Puis une douleur à la cheville commençait à s’installer. Je n’ais fais que cinq lamentables pas.
- Bon, mon pied décide de se mètre aussi de la partie maintenant. Que je dis à ma petite copine !

Mes forces s’amenuisent rapidement. Mon corps se mit à trembler comme une feuille. Je localisa une autre roche et pris mes dernières forces pour aller m’assoire sur elle. J'étais évidemment en état de choc. Je me refusais à penser au pire. Val me dit de ne plus bouger, elle me voyait blanchire à vue d’œil et me marmonna que Catherine devrait être rendue à l’heure qu’il est. Les secours devrait arriver bientôt. Mon corps m’abandonnait. C’est maintenant très évidant. Celui là même qui, jusqu'à ce jour avait tjrs répondu à mes demandes d’aller plus loin me lâchait faute de l’avoir écouté. Cette fois j’abandonne. Avec le reste de mes forces, je me concentrais à rester consciente en respirant profondément. Le plus dure était de garder l’équilibre pour rester assise en attendant les secours
J'avais complètement perdu la notion du temps. Il me semblait qu,elle était partit depuis une heure au moins!!! Val m’assurait que cela ne faisait pas plus de 15 minutes. Pas trop longtemps après, on entendis un bruit de moteur. C’était Bob avec la camionnette qui tirait la remorque à chevaux. Il avait réussit à trouver un chemin praticable pour venir nous chercher. La vue du camion me rassura. Enfin un adulte. Il se pencha vers moi et me dit
- Ça va?
Voyant mon signe négatif et ma pâleur il me dit :
- On va appeler une ambulance
- NON, avec deux personnes je devrais être capable de monter dans la camionnette que je répondis fermement.

Une ambulance, sa coûte cher ! Que je pensais stupidement en moi-même.

*HONGRE: Cheval mâle castré
Revenir en haut Aller en bas
Tout Simplement Varié
Grand mascooteur
Grand mascooteur
avatar

Féminin
Age : 68
Localisation : Châlons en Champagne
Emploi/loisirs : Lecture, musique, expos, ecrire, ballades, photos
Humeur : Enjouée le plus souvent. Ne supporte pas le mensonge, l'injustice, les rumeurs, la xénophobie
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Mer 30 Sep 2009 - 19:18


Vivement la suite, Nath
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mascoo.com/boutiques/11748-Tout-Simplement-Varié.html
roxane8500
Mascooteur appliqué
Mascooteur appliqué
avatar

Féminin
Age : 50
Localisation : liancourt (60)
Emploi/loisirs : emploi gantière/sellier/loisir équitation et créatif
Humeur : excellente
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Mer 30 Sep 2009 - 23:08

j'ai pas eu le temps de te lire Nath. Mais promis je reviendrai dés que possible pour y remédier;
je voulais juste vous faire partager une grande émotion ce soir. Par l'intermédiaire du site "copains d'avant" je viens de retrouver ma toute première monitrice d'équitation! Celle qui m'a fait poser les fesses pour la première fois sur un cheval !
Revenir en haut Aller en bas
http://gscuir.monsite.orange.fr/
Tout Simplement Varié
Grand mascooteur
Grand mascooteur
avatar

Féminin
Age : 68
Localisation : Châlons en Champagne
Emploi/loisirs : Lecture, musique, expos, ecrire, ballades, photos
Humeur : Enjouée le plus souvent. Ne supporte pas le mensonge, l'injustice, les rumeurs, la xénophobie
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Jeu 1 Oct 2009 - 8:03

C'est un site génial pour ça, Roxane. J'ai aussi retrouvé des personnes perdues de vue avec les aléas de la vie et nous partageons des souvenirs extraordinaires
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mascoo.com/boutiques/11748-Tout-Simplement-Varié.html
copinechipie
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Féminin
Age : 41
Localisation : Ailleurs...
Emploi/loisirs : Equitation, fabrication de bijoux et éléments de décoration, lecture, musique (liste non exhaustive)
Humeur : Excellente ! :-)
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Jeu 1 Oct 2009 - 11:21

Bon sang, Nath ! J'ai hâte de lire la suite ! Que t'est-il arrivé ?
En tous les cas, ton récit m'a rappelé plusieurs chutes...
Et aussi qu'il vaut mieux tester le cheval à pied, au final...

Roxane, je suis contente pour toi ! J'espère que ces retrouvailles vont apporter des suites concrètes et prometteuses pour toi ! Smile

_________________
Appelez-moi Katelyne, Kate, Katy, Kat... Vous gênez pas ! :-)

"Apprenez, mon bon monsieur, que tout flatteur vit aux dépens de ceux qui l'écoutent." (Jean de La Fontaine)
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pays-de-katelyne.over-blog.com
Nathkhana
Mascooteur plus de 5 messages
Mascooteur plus de 5 messages
avatar

Féminin
Age : 49
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Jeu 1 Oct 2009 - 15:13



J'suis bien heureuse pour toi Roxane. C'est vraiment génial. C'est pas grave pour le texte là. Ce n'est qu'une aventure parmie tant d'autre d'autant de cavalier ;-)

Bon j'imagine que vous voulez la suite là!!! mdr

Nathxx
Revenir en haut Aller en bas
Nathkhana
Mascooteur plus de 5 messages
Mascooteur plus de 5 messages
avatar

Féminin
Age : 49
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Jeu 1 Oct 2009 - 16:30

Suite de L'ÉPREUVE de Nath


Au moment de me monter sur le siège du camion, Bob constate que je ne mentais pas quand je lui disais que je devais aller à l’urgence. À ce moment, je n’arrivais plus à mètre mon poids sur mes jambes et il me répétait sans cesse qu’une ambulance serait beaucoup mieux.


« NON »que je répondais.


Il me traita gentiment de tête de mûle avec un petit sourire et me conduisit à l’hôpital le plus proche.


Fin du deuxième chapitre



Me voilà sur mon lit d’hopîtal au beau milieu de la nuit imaginant l’heure qu’il doit bien être. J’ésite à sonner pour la nurse(infirmière), sachant très bien qu’elle viendra avec un air obtus. Je ne regarde pas mon pied gauche. L’attelle plâtrée cache tout le membre sauf le bout des orteils. Juste la douleur lancinante me sufit pour savoir qu’il est bien là, encastré dans cette attelle identique à celle que l’urgentologue m’a faite avant de monté sur l’étage de chirurgie. C’était quoi déjà sont nom? Ah!oui. Docteur Giroux. Une très gentille femme docteur au doux visage. Ils sont tous gentils içi! Quel jour somme nous? Depuis quand suis-je içi? Aaaaah mais cela fait trop mal. Mais qu’es-ce qu’ils m’ont faient dans cette foutu salle d’opération?

Ah! Oui sa me revient. Aussi vivement que la douleur dans la profondeur des os de ma cheville. Puisque je suis cruellement éveillé et que je ne me décide pas à sonné pour l’injection narcotique, je me remémore les évènements. Mon arrivé à IDEMSVILLE, la courte randonnée, l’accident, le trajet jusqu’à l’hôpital…..Quand je pense que j’ai refusé l’ambulance et que j’ai insisté pour aller chercher ma carte d’assurance maladie et mon cellullaire bien rangé sagement dans mon auto que j’avais laissé à l’écurie, au lieu de piquer droit vers l’hôpital. Rendus à l’écurie, Roger a fait descendre les chevaux et détaché la remorque. Pourquoi pas, il n’y a pas le feu, j’ai juste mal!!!

Assise dans le camion en attendant le retour de Bob, j’avais un urgent besoin de parler à Yves. J’ai hâte de parler à mon chum(amoureux) mais j’anticipe une colère. Dans l’anxiété du moment je m’imaginais que Yves serait sûrement furieux. Il prévoit aller à un meeting ce soir pour son clud de miniaturiste. Je dois évidemment annuler le rendez-vous chez l’ostéo-thérapeute. Lequel devrais-je faire en premier? Yves ou l’ostéopathe? J’opte pour l’annulation. La secrétaire ne semble pas croire que je ne peux me présenter pour cause d’accident. Leurs politiques d’annulation sont sévères. Habituellement nous devons payer le traitement si nous oublions d’annuler 24h à l’avance mais là, qu’elle me croit ou pas, je n’y peux rien. Bob remonte derrière le volant. Idemsville se situe à distance égale entre deux hôpitaux. Et c’est Valérie qui décide la meilleure destination. Puis vient le moment de composer le numéro de téléphone du travail de Yves. Sa sonne et la voie familière de mon chum qui retentit au bout du fils me rassure. Qu’il est rassurant d’entendre sa voie, cela me fait des plus grand bien mais je dois me retenir pour ne pas pleurer. Comment expliquer en peu de mots ce qui vient d’arrivé et pourquoi je vais à l’hôpital? Le plus calmement possible malgré une voie chevrotante d’émotion, je lui explique que j’ai eu un « incident » à cheval et que je dois absolument aller à l’urgence pour passer des rayons X(radios). Il ne se fâche même pas. C ‘est un amour ce gars là. Il s’attendait sûrement à ce que cela arrive un jour ou l’autre. Il me dit qu’il ira chercher les enfants et viendra me rejoindre le plutôt possible à l’hôpital choisit car c’est vers cet établissement que nous nous dirigeons. Elle est reconnue pour ces bons soins et l’attente est moins longue qu’à la grande ville. Je raccroche. Le silence est palpable dans la cabine du camion. Les sentiments de honte et l'humiliation que j'éprouve à ce moment sont intolérables. Je n’arrête pas de me torturé l’esprit avec des jugements pessimistes du genre : «tu es une instructeure pourrie»ou « tu viens de perdre la face et personne te prendra au sérieux à l’avenir ». Bob qui sentait probablement mon dégoût de la situation se mets soudainement à raconter ses propres mésaventures qui finissent par des côtes fêlées et des courbatures. J’ignore si c’était pour alléger l’atmosphère ou pour me consoler mais cela avait comme avantage de faire passer les kilomètres plus vite. Une question cruciale n’arrête pas de tournoyer dans ma tête «es-ce que c’est grave ?». Elle avait toujours comme réponse la même phrase comme un écho. «Je ne sais pas et c’est mieux comme ça!»

J’essais tant bien que mal d'absorbé les contres- cou du camion qui roule sur nos routes chaotiques du Québec. À chaque grosse secousse, mes compagnons de route me demandent si sa va. Accroché fermement à la poignée au-dessus de la portière, je surveille la moindre sensation nouvelle dans mon corps. Je me concentre pour rester dans le présent par peur de tomber dans le découragement. Arrivé enfin devant l’hôpital, Bob stop le camion devant les portes coulissantes de l’urgence. Lorsque vint l’instant de descendre pour m’assoire dans une chaise roulante que Valérie avait été cherchée, je constate que le voyage fut confortable malgré tous. Je n'ai pas vraiment envies de bouger mais je dois tous de même y aller. Mes émotions et mes pensées n’arrêtent pas de se bousculer. Je descends méticuleusement de mon siège avec l’aide de Bob. Une fois rendues assise dans le fauteuil roulant que je qualifies de peu confortable, Val me roule jusqu’à l’intérieur. Sans un mots, Bob s’en retourne chez lui dans son camion pour attendre notre coup de téléphone si besoin.

Puisque nous sommes maintenant arrivés, je devrais être plus relaxe. Mais non. Mes muscles sont tendus à en faire mal. Après avoir passé au bureau d’inscription avec ma carte d’assurance maladie du Québec affectueusement appelé la carte soleil, nous attendrons pour voir l’infirmière de triage qui jugera si mon cas est urgent ou pas. Valérie étant déjà dans le monde des chevaux depuis quelques années, par expérience, semble prévoir une longue attente après notre visite à l’infirmière en question.

-T’inquiet pas. Je vais passer vite et devant plein de monde. Je sais ce que je dois dire ou pas dire. Et ils vont vite m’étendre sur une civière, tu verras. De toute façon, mes signes vitaux sont sûrement anormaux. Et le fait d’avoir presque perdu conscience et un bassin arrangé de la sorte…il n’y aura pas de tataouinage, croit moi.


J’attends donc dans la petite salle d’attente que l’infirmière nomme mon nom. Trente personnes maximum peuvent tenir dans cette salle mais à peine une dizaine y sont. C’est encourageant. Certain sont calmes, d’autres moins. Il y a un monsieur exaspéré par l’attente qui gigote sur sa chaise. Je comprends à ce moment ce que Valérie voulait dire. Le M. s’est levé deux fois pour aller se pleindre au bureau d’inscription. Je me dis que ce n'est pas le temps de débuter une conversation avec lui pour le calmer. Tu as beau être infirmière mais là tu n'es pas à ton travail alors laisse tes pulsions professionnelles de coté et gardes tes forces pour le moment où ils te bougeront de ce foutu fauteuil roulant. Je commence à stresser un peu car je souffre de plus en plus de mon inconfortable position. Je ressens de drôles de sensations, pas trop sûr si je vais m’évanouire ou pas. Je n'en peu plus.

Cela ne devrait pas être trop long. Je me disais en moi-même : Dans deux, trois minutes s’ils ne m'ont pas appelé, je vais leurs demander de me coucher sur une civière.

J'ai attendu 20 minutes en tout puis une forte voie se fit entendre.

- NATHALIE DESROCHERS SVP VEUILLEZ VOUS PRÉSENTER À LA SALLE ¨ C¨

Yes, on y va.

Val m’aide à rouler la chaise roulante afin de bien visé pour ne pas perdre des morceaux sur les cadres de portes du minuscule bureau de triage.

- Alors qu’est-ce qui vous emmènent ici?

Je déteste cette question. Comme si on allait à l’urgence attendre des heures juste pour le plaisir de leur dire bonjour! Voyant que je ne savais pas par où commencer et que je regardais mon ventre elle me questionna de nouveau en se décidant enfin de m'étudier plus attentivement.

-Que vous est-il arrivée?

- Je suis tombé de cheval et il m’est retombé dessus. Mon bassin a bougé quand j’ai tenté de me relever. Que je lui répondis.

- Avez-vous perdu conscience?

- Non. Mais quand je me suis lever j'ai vue tout blanc et mes jambes ont flanchés, Je me suis étendu et plier mes genoux. Avec ça j’ai la cheville gauche qui m'élance et une éraflure au coude droit. Que je lui défilas calmement !

- Sa fait mal? Qu’elle me lance bêtement !

Depuis la chute je me force pour rester calme mais là mon cerveau lui, n’a plus envis d’obéir . Sentant la rage monter en dedans de moi. Une voix se mit à parler très fort dans ma tête.

« Non non tsé…sa me chatouille juste assez pour me faire rire que j’avais envies de lui répondre…..OUII sa fait maaaaallll espèce de folle ».

Je ne sais pas quel air avait mon visage mais elle n’attendit pas ma réponse et elle allongea son bras pour prendre le brassard de son appareil à pression. Tandis que l’appareil exécutait sa besogne, l’infirmière alla chercher d’autres machins-truc pour sonder mes signes vitaux.

Pas de température, mon sang est bien oxygéné à 98%, mon cœur bat a 92/ minute. Ouf c'est rapide mais je reste tout aussi surprise quand je vois apparaître les chiffres de ma pression artériel! 176 sur 70. Je m’attendais à bcp plus bas puisque ma normal est 110 sur 50 et que je ne me sens pas des plus alertes.

Normal, qu’elle me dit, lorsqu’elle eprcu mon air surprie. Ce doit être la douleur qui fait monter ta pression. Tu ne dois sûrement pas être très confortable dans cette chaise.

« Enfin une remarque sensée »

Alors je vais t’amener dans une salle où on te mettra sur une civière pour te déshabiller. Au cas ou ton bassin serait fracturé nous ne prendrons aucune chance, je vais aller chercher le lève patient pour te transférer sur la civière. C'est là que le docteur te verra. Ayant déjà vécu l’expérience du lève patient lorsque j'étais étudiante, je me disais en moi-même : Non-merci, les promenades dans les airs, je n'aime pas trop. Puis, je ne sais pourquoi. J’ai peur de tomber…. Je lui réponds rapidement d’une voie chevrotante

-Avec le morceau de cuir qui tien mon bassin et une personne pour m’aider, je devrais être capable de me transféré sans le lift* merci.

Elle tourna les talons d’un air plutot septique.

*lift : lève-patient

Plus sa va, plus cette lanière de cuir qui retient les os de mon bassin me semble précieusement utile. J’ai vachement peur du moment où ils me déshabilleront. J’appréhende le moment où ils devront me l’enlever. Il y a comme un lien affectif frisant la dépendance qui s’est formé entre cette lanière et moi. Puis la nervosité s’installe, ce qui emmène inévitablement l’envies d’uriner. D’un ton découragé j’exprime tout haut ma pensée:

- Je sais que c’est p-e pas le moment de dire ça mais, j’ai un besoin naturel qui se fait sentir. Ce n'est pas urgent mais comment je vais faire pour aller à la toilette sans tomber dans les pommes?

Je vais dire à l’infirmière qui s’occupera de toi de te donner la bassine. Qu’elle me répond tout naturellement !

-Génial! Que je répondis avec dédain. La bassine, sa prend une maîtrise ou un doctorat pour utiliser ce machin sans faire de dégât.

N’ayant pas le courage de prendre la bassine pour uriner. Je pris bien soin de ne pas en reparler pour un bout de temps. Une fois rendues dans la salle d'examen je me glisse disgracieusement sur la civière avec l’aide d’une infirmière et de ma jeune copine qui est tjrs auprès de moi. Avec regret on m'ôta la lanière de cuir. Les yeux remplis de panique, je surveille où elles la déposent. Au cas ou la douleur reviendrait. Je ne sais plus, j,ai peur que le bassin se dissous dans l’abime sans ma sauveuse de lanière. Depuis le début de ces opérations mon corps tremble en entier, accompagné de claquements de dents secs. Ce fut pire au moment où la lanière fut détachée. Ceci perdure dans mes efforts pour les aider à me déshabiller. C’est franchement gênant de se faire dépouiller de ses vêtements par des inconnues et de trembler de la sorte. Dorénavant, je jure que je prendrais beaucoup plus en considération mes patients durant leurs soins d’hygiènes. Pas que je n’étais pas respectueuse avant ou que j’étais négligente mais j’ignorais jusqu'à ce jour ce que ressentait au font d’elle même le patient qui est totalement à notre merci. Ce n’est qu’une foie nue comme un vers avec pour seul vêtements ma petite culotte et la très connue jaquette d’hôpital à ouverture dorsale que les tremblements cessèrent par magie. La couverture a beau être mince mais offre une chaleur rassurante. Les tremblements devaient sûrement être la peur de souffrire d’avantage. Le déshabillage n’a pas été sans douleurs, mais elles ont fais leur possible pour ne pas me faire bouger. L’’infirmière remarque après m’avoir déchaussé que ma cheville gauche se mets rapidement à gonfler. La douleur est supportable quand elle fait une pression mais elle dit qu’à son avis, la cheville semble fracturée.

Ben voyon, je n'en crois pas un mot. Cela ne fait pas si mal que ça.

Puis arrive la première d’une multitudes de séries d’ attentes. Je n’ose demander à uriner. Je suis capable d’attendre encore. La sensation de brûlure au coude attire mon attention. La petite plaie est pleine de sable et toute séchée. La soignante perçut mes pensées par son œil expérimenté. Elle décide donc à nettoyer mon coude de ses particules noirâtres. Elle débute en déposant une compresse imbibée d’un liquide stérile pour faire ramollire la croûte mais rien n'y fait. La croûte résiste. Voyant qu’elle devait utiliser de plus de force pour frotter la plaie elle hue la brillante idée d’engourdire la peau avec du gel anesthésiant nommé zyllocaïne. Durant les quelques minutes requises pour faire agire l’anesthésiant local , elle en profite pour sortir d’un sachet-emballage transparent que je reconnus comme une éponge imprégnée de savon désinfectant munie d’une brosse rude à son revers. Elle se met à l’ouvrage. Valérie devient de plus en plus blême en regardant l’infirmière s’acharné sur mon coude qui soit dit en passant est insensible et totalement gelé. Je ne sens rien du tous mais je vois le visage de Val qui passe au vert. Les débris sont tjrs prit dans la plaie. Ce fut le coup de grasse pour ma petite copine quand l’infirmière tourna l’éponge du coté de la brosse et se remet à frotter de plus belle. La petite s’excusa et sortie de la pièce avant de tomber dans les pommes. Elle nous rejoint avec une débarbouillette mouillée au front lorsque le coude est bien propre et recouvert d’un pansement. Après une petite heure d’attente l’infirmière de triage passe pour voir si jje suis allé sur la bassine. Cela fait environs deux heures que j’ai envies et que je me retiens. C'est drôle comment une vessie peu supporter la pression. L’envie d’uriner était maintenant plus forte que la difficulté à prendre la bassine. Avec son aide, je réussis à me soulager sans trop mouiller les draps. Peu de temps après m’être soulagé, un petit bout de femme habillé d’un saros de docteur entre dans la pièce. Elle se présente comme étant Dr Giroux et débute son questionnaire afin de cibler mon problème. Je fais de mon mieux pour lui résumer l'accident et lui décrire mes douleurs. Elle s'attarde un peu a mon bassin et fait des pressions diverses, pose des questions que je juge très pertinentes, ce qui me mit en confiance. Elle prescrit des rayons X de la colonne jusqu’au pieds et du démerol par intra-musculaire pour soulager la douleur. Le démerol est un narcotique assez puissant utilisé pour les douleurs généralisées. J’ai de moins en moins le contrôle de mes jambes, surtout la gauche. Cela m’inquiète. L’effet de la première injection de démerol était presque totalement estompé lorsqu’on poussa enfin ma civière dans la salle de radiologie.Valérie ne pouvait m’accompagner dans cette salle, j’en ressentis un certain apaisement à me retrouvé seul. Depuis le début je m’obligeais à être forte afin de ne pas la rendre plus mal à l’aise qu’elle ne l’est déjà. Elle doit avoir peur des conséquences que cet accident pourrait avoir pour son cheval. Il ne faut pas oublier que la petite est, malgré son apparence mature en fait, une jeune fille. Mon instinct de mère essaie de la protéger de "je ne sais quoi". Mais épuisé comme je suis, cela devient lourd de cacher mes émotions. Les larmes me montèrent aux yeux lorsque je vis la table ou l’on devait très prochaineement m'étendre pour faire les clichés. Les gouttelettes sur mes joues se multiplièrent lorsqu’une foule de souvenirs de mon enfance firent surface. M’aillant fais une entorse à douze ans, j’ai des souvenir pas très joyeux de la technicienne en radiologie. À mon souvenir, ce sont des êtres brutaux et cruels incapable de compatis envers les enfants souffrants. Alors j’imagine bien ce qu’ils sont avec les adultes… Fixant toujours la table, je prévoyais devoir faire un transfère des plus pénible. Il m’est de plus en plus difficile de bouger sans ressentir des élancements à couper le souffle. J’anticipais la torture que cette technicienne me ferait endurer. Le souffle couper avec le cœur qui résonne dans ma poitrine, j’entends la technicienne inventorier gentiment les clichés qu’elle devra faire. Les larmes coulent de plus belles sur mes joues. Voyant cela, elle fut des plus rassurante. Elle m’aida le plus qu’elle pue pour limiter mes douleurs lors du transfère sur cette table glaciale. Un vrai cadeau du ciel cette fille. Merci mon Dieu. Cette épreuve fut moins difficile que j’avais anticipé . Elle m’installa par la suite dans le couloir dont les murs sont encombrés de patients. L’urgence de ce tout petit hôpital de campagne déborde de monde. J’apprendrai durant mon séjour que l’hôpital et son urgence sont quottés parmi les plus performantes en traumatologie au Québec. Centres de ski à proximité obligent.

L’attente des résultats des clichés radiologiques est longue. Cela nous donne amplement le temps de se familiarisé avec les patients stationnés au tour de moi. Une dame très volubile de l’autre coté du couloir exprime à qui veut bien l’entendre qu’elle attend avec impatience son billet de sortie. Plus haut dans la rangé une vielle dame avec des pertes cognitives évidentes essai de s’habiller pour prendre la poudre d’escampette. Pour avoir travaillé 10 ans parmi les alzeimers, il ne me fallut pas longtemps avant de reconnaître les symptômes de cette dame. Val et moi parlons de tous et de rien lorsque les brancardiers installent un garçon fort bruyant au pied de ma civière. Je ne vois pas son visage mais par ses gémissements et la façon que les infirmières lui parlent, je me rends compte que ce petit bout d’homme a une déficience intellectuelle. Il pleure et crie en même temps. L’heure du souper arrive. Les infirmières passent les cabarets et me présentent un repas avec des couleurs douteuses. Mon premier repas officiel d’hôpital manquait franchement de goût. Et là, je suis gentille. Tous au bout du couloir, je distingue enfin des visages que je connais. C'est mon Yves qui arrive directement de l’école avec les enfants. Ils n’ont pas encore mangé. Yves m’embrasse et les enfants mes serrent très fort(un peu trop même) avec de la peur dans leurs yeux. Je les rassure et recommande qu’ils aient tous manger au restaurant en attendant les nouvelles du médecin. Ce n’est pas que je ne veuille pas les voir mais je savais très bien que le ventre vide, les enfants seraient insupportables. En plus de ce déficient criard à mes pieds qui ferait une peur bleue aux enfants. Me félicitant mentalement de mon idée, je souhaitais très fort que les infirmières déménagent ce patient assourdissant. Pendant que je regardais ma petite famille passer le seuil de la sortie .Du même coup d’œil, je vis au loin un homme au saro marchant droit dans ma direction. C’était un médecin d’origine asiatique. Le charmant minois de cet homme possédait une chevelure ébène très fournie couper en style qui tentait de ressembler à ceux des européens mais sans succès. À part ce détail, il me parut très sympathique avec son parler sans accent.

-Mme Desrochers, mon nom est Docteur Foudjioka et je suis le traumatologue en service. J’ai reçu vos résultats de rayons X. J’ai de bonnes et de mauvaises nouvelles à vous dire.
Revenir en haut Aller en bas
Tout Simplement Varié
Grand mascooteur
Grand mascooteur
avatar

Féminin
Age : 68
Localisation : Châlons en Champagne
Emploi/loisirs : Lecture, musique, expos, ecrire, ballades, photos
Humeur : Enjouée le plus souvent. Ne supporte pas le mensonge, l'injustice, les rumeurs, la xénophobie
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Jeu 1 Oct 2009 - 19:07

Tu es une fille géniale, Nath

Quelle force de caractère ! ! ! !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mascoo.com/boutiques/11748-Tout-Simplement-Varié.html
Nathkhana
Mascooteur plus de 5 messages
Mascooteur plus de 5 messages
avatar

Féminin
Age : 49
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Ven 2 Oct 2009 - 3:07

Tout Simplement Varié a écrit:
Tu es une fille géniale, Nath

Quelle force de caractère ! ! ! !

Mais pourquoi donc? J'crois simplement que j'ai agi sur l'adrénaline .....et stupidité aussi mais, merci du compliment tout de même.

J'espère que le récit vous plait! Tout en relisant pour vous le poster...cela me donne le goût d'y retravailler. Un jour il sortira p-e en nouvelle qui sait!...Mouais je sais je vais devoir travailler fort. Vos questions/commentaires aideraient surement.
Tourlou. À bientôt.
Nathxx
Revenir en haut Aller en bas
copinechipie
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Féminin
Age : 41
Localisation : Ailleurs...
Emploi/loisirs : Equitation, fabrication de bijoux et éléments de décoration, lecture, musique (liste non exhaustive)
Humeur : Excellente ! :-)
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Ven 2 Oct 2009 - 10:22

Kikou Nath ! Ca me rappelle des souvenirs, tout ça.... Et visiblement, les hôpitaux québécois ne sont pas très différents des hôpitaux français...

Pour les commentaires, au niveau du style, il y a des choses à revoir et aussi des fautes. Cela dit, je ne sais pas si au Québec ils publient des textes qui sont vraiment québécois au niveau de l'expression ou si il faut que ce soit en français littéraire...

J'attends la suite avec impatience ! Et oui, retravailles-y, tiens ! Smile


_________________
Appelez-moi Katelyne, Kate, Katy, Kat... Vous gênez pas ! :-)

"Apprenez, mon bon monsieur, que tout flatteur vit aux dépens de ceux qui l'écoutent." (Jean de La Fontaine)
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pays-de-katelyne.over-blog.com
Nathkhana
Mascooteur plus de 5 messages
Mascooteur plus de 5 messages
avatar

Féminin
Age : 49
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Ven 2 Oct 2009 - 15:16

Bonjour à tous

Oui oui effectivement je suis consciente qu'il y a des fautes. Vous savez quand on a une idée comment expliquer une situation on se dépêche de l'écrire pour pas la perdre et au diable les fautes. J'ai une amie qui va me corriger. Elle fait des études en écriture romancière(hen! S'écrit comment ca?) Elle m'a donné quelques conseils pour les temps de verbe pour que je reste le plus souvent possible au présent. Le reste elle va me corriger lorsque je vais arreter de refaire le texte..mdrrr Elle est très sévère dans la correction et a des chevaux aussi. Ma demande est plutot sur l'histoire, si quelque chose ne vous semble pas claire pour vous. Même si c'est une expression du Québec..y'a tjrs moyen de trouver la bonne facon de la dire(écrire) je veux dire dans les faits.
Voilà!
Nathquiadesclientescematinalorss'rapourcew-eprobablement
Revenir en haut Aller en bas
copinechipie
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Féminin
Age : 41
Localisation : Ailleurs...
Emploi/loisirs : Equitation, fabrication de bijoux et éléments de décoration, lecture, musique (liste non exhaustive)
Humeur : Excellente ! :-)
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Dim 4 Oct 2009 - 11:29

Ah ben je pense que j'ai tout compris, moi ! Smile

Et j'attends la suite....


_________________
Appelez-moi Katelyne, Kate, Katy, Kat... Vous gênez pas ! :-)

"Apprenez, mon bon monsieur, que tout flatteur vit aux dépens de ceux qui l'écoutent." (Jean de La Fontaine)
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pays-de-katelyne.over-blog.com
Tout Simplement Varié
Grand mascooteur
Grand mascooteur
avatar

Féminin
Age : 68
Localisation : Châlons en Champagne
Emploi/loisirs : Lecture, musique, expos, ecrire, ballades, photos
Humeur : Enjouée le plus souvent. Ne supporte pas le mensonge, l'injustice, les rumeurs, la xénophobie
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Sagesse !   Mar 6 Oct 2009 - 18:51

Revenir en haut Aller en bas
http://www.mascoo.com/boutiques/11748-Tout-Simplement-Varié.html
Nathkhana
Mascooteur plus de 5 messages
Mascooteur plus de 5 messages
avatar

Féminin
Age : 49
Localisation : St-Jean-sur-Richelieu, Québec, Canada
Date d'inscription : 14/08/2009

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Mar 6 Oct 2009 - 20:21

hihihi amusant la photo

Voiçi la suite de l'Épreuve de Nath

Mme Desrochers, mon nom est Docteur Foudjioka et je suis le traumatologue en service. J’ai reçu vos résultats de rayons X. J’ai de bonnes et de mauvaises nouvelles à vous dire. Mon cœur se mit à battre un peu plus fort. Constatant que j’avais arrêté de respirer il poursuivit :

-La bonne nouvelle est que nous avions peur d’une fracture du bassin et les clichées confirment que ce n’est pas le cas. Par contre, il y a fracture au niveau du rameau pubien. Plus précisément le cartilage du pubis a été écrasé par le poids du cheval. Voilà la raison de votre sensation de mouvement du bassin. Nous ne pouvons rien faire de plus que d’attendre que cela se solidifie tout seul. La mauvaise nouvelle est que la cheville gauche interne est fracturé. Avez-vous déjà eu une fracture sur cette cheville?

-Non, j’ai eu beaucoup d’entorse étant jeune mais pas de fracture. Que je lui répondis d’une voix faussement calme.

C’est que la radio nous montre une fracture plus ou moin vielle de la malléole externe de ce pied qui n’a pas été soignée. Un petit os flotte tout seul et vous ne vous souvenez de rien? Vous avez sûrement soufere lors de cette fracture. Pourquoi n’avez-vous pas consulté un médecin?

-Pour la simple et bonne raison que je ne savais pas qu’elle était fracturée. Trop frustré par son commentaire . Je me souvient d’ avoir eu très mal à cette cheville il y a deux ans environs mais je croyais comme pour cette fois –ci que c’était une grosse entorse.

-Non Mme c’est bien une fracture. Il est malheureusement trop tard pour faire quoi que ce soit pour la maléolle externe. Mais l’interne pourra etre soignée. Il ne reste qu’à savoir comment. Les options qui se présente à nous sont le plâtre ou l’opération..

…. C’est ici que mes écris finissent car je n,ai pas poursuivis avec mes grandes lignse d’idée . J’étais trop prèssé d’écrire sur la chirurgie.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



L’épidural était l’anestésie approprié pour cette opération. J’en avait une peur bleu pour la simple et bonne raison que je n’ai pas de bons souvenirs de mon expérience lors de la venu au monde de fils, mon deuxième enfant. L’anestésiste, une femme que j’avais qualifier de connasse, m’avait fait mal. Elle n’était vraiment pas gentille.C’ était le souvenir que j,en avait. Donc j’ étais évidamment nerveuse, en fait j’étais térrorisée et cela se voyait. Je n’avais jamais été opéré de ma vie. Lors de mes stages d’infirmiere j’ai due préparer quelques personnes pour des opérations mais qui aurrait pensé qu’un jour j’y serais passé aussi? Pas moi! J’étais éveillé et très alerte avant qu’ils injectent le tranquilisant dans ma perfusion. C’est quand même bizarre l’effet des tranquilisants. En 10 secondes mes yeux sont devenus pesant et mon cerveau d’une lenteur surprenante. J’étais impressionné par l’efficacité de cette médication.

Le personnel soignant et les autres professionnel sont d’un calme très rassurant. Le barbiturique aidant beaucoup, je n’ai pas eu mal. J’ai bien sentis quelques petites piqures insignifiantes servant a geler la peau mais rien d’autre. J’entissipais tellement le moment où il piquerait profondément dans la moëlle épiniere pour aller injecté cette médication engourdissante et soudainement il me dit de me tourné sur le dos.Quoi? c’est fait? Déjà fini? Wow! C’est merveilleux. J’ai rien sentis. Des vrais doigts d’anges cet homme. J’vais tomber en amour….J’ai envis de l,embrassé telement j’étais soulagé de cette lourde douleure.

Avec la tête un peu au ralentie, je les regarde préparer les champs opératoires puis ils installent un drap de cette couleur verte typique de la salle d’opération. Comme dans les films, juste au niveau du cou pour que je ne puisse pas voir en directe la chirurgie en détails…

Ouf ! J’suis heureuse ne pas voir l’intérieur de mon pied!

J’apprécie grandement l’épidural car le mal que je supporte depuis 26 longues heures, donc, depuis l’accident a totalement disparue. Je ne sent plus rien, même pas le corps en lui même! Je me sent telement bien que j,ai sursauté de surprise quand j,ai vue ma jambe gauche balloter très haut dans les airs sur l ‘ épaule d’une infirmiere qui placait soigneusement le linge vert foret sous ma jambe. Moi qui croyais que cette jambe était gentiment allongé sur la table. Je cligne des yeux pour être sure que ce n’est pas une allucination. Mais non, c’est vraiment ma jambe qui repose sur l’infirmière corpulante. Elle doit être forte la dame pour supporter ce poid. Que je me disais. J’suis pas sure que je ne l’ai pas dis à haute voix.

------------------------------------------------------------------------------------------------RETOUR AU PRÉSENT DANS LA CHAMBRE!!!!

Je me remémore aussi le son aiguisé de la perceuse qui a fait le chemin pour les deux visses qui retiennent en place l’osselet de ma cheville. Cet nuit, c’est surement ces visses qui me font souffrire comme ça . Probablement que mon corps rouspette contre leurs présence.

« Allez les petits amis..faut dire bonjour à nos deux nouvelles arrivée et sans fracas svp…Osselets du pied et de la cheville, je vous présentes Mesdemoiselles Visses ¼ , elles ont pour travail de soutenir un ami à nous qui c’est rompu durant sa besogne qui soit dit en passant, dépassait largement ses capacités. Franchement,vous devriez reviser vos tâches…Y’a un surplus de travail pour certains.»

Les présentations sont faitent mais cela fait encore maaaaal. Sa y’est les larmes coulent encore a profusions. Comme hier soir lorsque France, l,infirmiere, m’a trouver découragé et pleine de larmes en train d,essayer de me trouver une position confortable sans succes. J,en peux plus.

Je dois changer de position….J’essais de bouger
Aaaaaaaahhhhhhhh non pas encore cette douleur. Cette saloperie de douleur vient de mon effort à bouger. Il y a aucun mouvement, juste la douleur comme réponse à ma requête. POURQUOI MA JAMBE NE BOUGE PAS??? J’suis paralysé???

Mon Texte termine içi... J'en ai plus long à faire que de fait...
Pour les inquiets, la paralysie n'était que passagère. Je marche maintenant très bien.
Merci de votre lecture
À plus xxx
Nath
Revenir en haut Aller en bas
copinechipie
ANIMACTIV
ANIMACTIV
avatar

Féminin
Age : 41
Localisation : Ailleurs...
Emploi/loisirs : Equitation, fabrication de bijoux et éléments de décoration, lecture, musique (liste non exhaustive)
Humeur : Excellente ! :-)
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Jeu 8 Oct 2009 - 8:01

Ah ben Nath, maintenant, faut que tu continues pour nous ! Allez, on se motive ! Et au boulot !

Pas publiable, là, ton travail...


_________________
Appelez-moi Katelyne, Kate, Katy, Kat... Vous gênez pas ! :-)

"Apprenez, mon bon monsieur, que tout flatteur vit aux dépens de ceux qui l'écoutent." (Jean de La Fontaine)
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pays-de-katelyne.over-blog.com
Tout Simplement Varié
Grand mascooteur
Grand mascooteur
avatar

Féminin
Age : 68
Localisation : Châlons en Champagne
Emploi/loisirs : Lecture, musique, expos, ecrire, ballades, photos
Humeur : Enjouée le plus souvent. Ne supporte pas le mensonge, l'injustice, les rumeurs, la xénophobie
Date d'inscription : 02/03/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Sam 10 Oct 2009 - 10:23



A bientôt Nath pour la suite de ton aventure
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mascoo.com/boutiques/11748-Tout-Simplement-Varié.html
roxane8500
Mascooteur appliqué
Mascooteur appliqué
avatar

Féminin
Age : 50
Localisation : liancourt (60)
Emploi/loisirs : emploi gantière/sellier/loisir équitation et créatif
Humeur : excellente
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Lun 12 Oct 2009 - 23:08

passionnant! bien que je ressent la dernière partie un peu baclée. Nath ne semble pas disposer de beaucoup de temps à passer sur le forum. Je comprend ça car j'ai le même soucis, mais comme je ne veux pas terminer mes récits ainsi, je préfère attendre d'avoir le temps et la motivation, et vous le faire proprement...
Nath, en tant qu'instructeure je pense que les ados ne nous écouteront jamais assez sur les dangers qu'apportent des bêtises telles qu'apprendre à un cheval à se cabrer. Pourtant je l'ai fais moi-même: d'abord sur mon premier poney, qui ne s'est jamais levé sans en recevoir l'ordre, ensuite sur une jument qui le faisait en défense pour ne pas reculer: lorsqu'elle a eu compris que le cabrer était un exercice de dressage bien plus fatiguant que le recul elle a accepté d'apprendre à reculer, et pour finir sur mon propre cheval, que je ne prête à personne et dont je ne me séparerai jamais. il m'est arrivé qu'il monte trés haut, à la limite de se retourner comme Jenny mais il a toujours su retomber sur ses pieds. Dans ces 3 cas je ne le demandais jamais avec les rênes mais avec les jambes, ce qui laisse au cheval la liberté de son encolure pour se rétablir au cas ou.
Je pense qu'à ta place dans ce cas j'aurai insister pour trotter afin de détendre la bête, ou je serais descendue pour la longer dans le premier carrefour venu, en tout cas je ne serai pas restée sur le dos de cet animal frustré. Tu as eu beaucoup de chance dans ton malheur et j'admire ton courage.
Revenir en haut Aller en bas
http://gscuir.monsite.orange.fr/
medievart
Mascooteur débutant
Mascooteur débutant
avatar

Masculin
Age : 64
Localisation : Aquitaine Lot et Garonne
Emploi/loisirs : je pratique l'histoire médiévale, l'équitation, l'attelage, la philo hédoniste, la lecture, la gastronomie et l'amitié
Humeur : Memento vivere
Date d'inscription : 16/04/2009

MessageSujet: Coucou me revoilou...   Sam 24 Oct 2009 - 2:18

Bonsoir à tous,

désolé, j’avais prévenu que je ne pourrai pas venir souvent, mais je ne pensais pas être absent aussi longtemps.

Et ben voilà, j'ai encore cochonné... Je me suis encore trompé de fil, j'ai posté bêtement un autre sujet au lieu de rester chez les cavaliers mascooteurs...

Bon, comme cette fois j'avais fait une sauvegarde, je peux peut être rattraper le truc, je le remets à la bonne place et peut-être que le modérateur pourra supprimer l'autre mal placé?...

Et ben dis donc, s’en est passé des choses depuis tout ce temps, je suis venu une fois ou deux pour me tenir un peu au courant mais je n’avais pas le temps de laisser un message. Il y avait trop à lire pour être à jour et je ne voulais pas interrompre le récit avant la fin, j’ai suivi l’aventure de Nath, quelle histoire…

Je ne pourrais pas en dire autant, en quarante ans d’équitation je ne pense pas totaliser plus de dix chutes, et encore plus de la moitié étant dues à la chute du cheval lui-même… Plus de chance, peut être ou d’attention aussi, à cheval je suis toujours détendu mais jamais relâché, c’est une règle d’or car aussi gentil soit-il, ça reste un animal et il peut être amené à réagir à quelque chose à quoi on n’aura pas pensé, alors prudence. D’autant que je ne monte pas toujours le même cheval. Encore une pratique avantageuse car j’ai vu quelquefois des cavalier d’un seul cheval devenu par la suite inmontable limite boiteux et en tout cas désuni, inmontable disais-je par quiconque d’autre que son exclusif propriétaire du seul fait que celui-ci lui avait transmis tous ses défauts et vice versa, le cavalier se retrouvait très gauche sur un autre cheval qui ne se calait pas dans l’asymétrie où il avait trouvé son propre confort.

Donc, montez beaucoup de chevaux différents, et surtout laissez monter le votre à condition de le confier à un bon cavalier qui a une bonne main. L’exclusivité c’est peut être valable dans son couple ou avec son chien et encore, mais avec son cheval ça n’est pas recommandé sauf très rare exception pour le très haut niveau en discipline olympique par exemple, mais nous ne sommes pas dans cette catégorie.

Bon, où en étais-je la dernière fois, je ne vais pas remonter le fil, c’est trop loin. Je crois que c’était juste avant la rando de Lévignac il me semble. Donc en septembre. Bigre que le temps passe vite quand on est occupé.

Et bien tout s’est bien passé, parti avec un ami un peu en retard car la veille nous n’avions pas été très raisonnables, repas de quartier, guitares etc. Donc nuit courte et réveil difficile. Mais partis bon derniers, nous avons manqué le casse-croûte de mi-parcours, mais nous avons tout de même rattrapé des traînards un peu mous du jarret. Faut dire que nous avons mené un train d’enfer, mon ami avec un cheval d’endurance qualifié à 120 km et moi-même avec le destrier de mon cascadeur de fils qui sortait tout juste de sa saison de spectacle et encore chaud bouillant… Nous n’avons donc pas compté les cailloux sur le chemin. Partis au pas sur 5 bons km pour l’échauffement et la prise en main, le reste chaud devant ça décoiffe sauf les derniers kilomètres de détente. Arrivés sans encombre et les chevaux encore frais, on aurait pu repartir dans l’autre sens… Mais bon, 25 km ça suffit, c’était une rando-ballade, pas une course.

Bref, j’avais promis de raconter, mais c’est déjà loin tout ça, je ne me souviens plus des détails hormis la bonne odeur de nos chevaux et de la forêt en septembre, le concert étouffé des battues de leurs huit sabots dans les chemins creux, ou sonnant sur les parties empierrées du parcours et la splendeur du tapis de feuilles jaunes et brunes jonchant les sous-bois. Une très belle chevauchée entre amis, dans la complicité et tout à notre affaire sans le souci d’avoir à traîner toute une bande d’apprentis randonneurs comme l’année précédente. Même sympathiques, le fait d’avoir sans cesse à surveiller que tout le monde suit bien et ne pouvoir se lâcher en raison du risque que l’un ou l’autre ne maîtrisera pas un arrêt brutal ou un virage trop serré demeure frustrant.

A cheval les moments de véritable plaisir total sont rares, je parle du plaisir pur, insouciant, où l’on est en pleine possession de ses possibilités avec la seule ambition de profiter de l’instant, tous les sens en éveil, le nez au vent à humer les fragrances de l’automne mêlées aux effluves animales de nos fougueux coursiers et dans la totale confiance, le total abandon sauf la petite lueur de veille dont je parlais précédemment. Juste assez de conscience pour sentir bien sa monture et qu’elle sente bien que son cavalier est aux commandes, rassurant, amical.

Bien sûr, il y a aussi le plaisir du travail, mais ça n’est pas le même, ça reste le travail et (je ne vais pas vous refaire le coup de l’étymologie) même dans la confiance et la douceur amicale, on est dans l’effort que l’on fourni et que l’on demande, jamais dans l’abandon. La rando c’est juste l’application volontaire et insouciante de tout ce qui aura été fait justement pendant le travail, on y retrouvera au centuple les longues séances d’assouplissement, des épaules en dedans et des mises en place, départ au galop etc. plus toutes les sensations glanées sur le parcours en général toujours bien préparé et choisi pour ses qualités équestres.

Bon, convaincus ? alors à vos chevaux, au boulot d’abord, tenez-vous droit en restant souple, cela paraît être un oxymore mais c’est pourtant le but à atteindre. Les avachis sur la selle peuvent rester devant la télé, le fauteuil c’est mieux.

Allez, la prochaine fois j’essayerai de me souvenir d’une de mes rares chutes, ça me replongera un peu plus loin dans le passé.

La bise à toutes et à tous, et bienvenus à tous les nouveaux du forum.

Daniel

PS : restons dans la tradition n’oublions pas les bonne habitudes : Historia magistra vitae,

mais comme promis la traduc : l ‘histoire est maîtresse de vie
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mascoo.com/boutiques/12168-M%C3%A9di%C3%A9v%27art.htm
roxane8500
Mascooteur appliqué
Mascooteur appliqué
avatar

Féminin
Age : 50
Localisation : liancourt (60)
Emploi/loisirs : emploi gantière/sellier/loisir équitation et créatif
Humeur : excellente
Date d'inscription : 18/05/2008

MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   Jeu 29 Oct 2009 - 22:48

seulement 10 chutes ?! Quelle chance !
moi je ne les ai pas comptées, surtout à l'époque où je pratiquai sous l'autorité d'un enseignant, c'est à dire entre 11 et 20 ans. Ensuite lorsque j'ai pratiqué seule, avec la liberté de me fier à mon instinct, celà est devenu de plus en plus rare. 2 entre 1994 et aujourd'hui. bien-sûr je ne compte pas les fois où c'est le cheval qui à chuté.
Je ne suis pas la cavalière d'un seul cheval comme certain semblent le penser dans mon entourage: j'ai eu le plaisir de monter beaucoup de chevaux différents ( d'ailleurs sur mon dernier emploi je changeais de cheval de tête presque tous les jours). Toutefois je me sent plus à l'aise avec ceux que j'ai débourré même pour ceux que je ne monte qu'une fois ou deux dans l'année...
Mon cheval quand à lui est le cheval d'un seul cavalier, d'abord parce que je suis hyper jalouse (c'est mon mien à moi toute seule, na!) ensuite parce que je lui ai appris des choses qui peuvent le rendre dangereux pour autrui ( coucher, cabrer, attaque) et puis encore parce que les seules personnes en qui je pourrai avoir confiance pour le monter sans le démonter sont trop loin, il sagit de la Canadienne Lyne Laforme et de son élève Belge Muriel Evrard. les autres, peu importe qu'ils essaient de montrer patte blanche, j'ai appris à ne faire confiance à personne. Entre ce qu'ils disent de leurs méthodes douces et la façon dont ils traitent les chevaux quand ils pensent être à l'abris des regards il n'y a pas une marge mais un océan. Alors tant que je n'ai pas pu observer plusieurs semaines sans être vue, je reste sur mes gardes.
Celui qui m'a le plus déçue est mon dernier employeur, il pronait la douceur et le respect pourtant dés que son établissement est fermé au public, c'est tout l'inverse qui s'y passe. je ne l'ai pas vu, lui, manquer de respect à un cheval, peut-être parce qu'il était blessé et ne pouvait pas monter lui même au moment ou le "club" ferme et que les débourages commencent. Mais il était au courrant des méthodes utilisées par ses sbyres et a laissé faire.... Cet employeur est pourtant le seul homme à qui j'aurai pu confier mon cheval, mais pas aprés ce que je l'ai vu laisser faire à ses poulains; J'aurai eu trop peur qu'il le laisse à un des sbyres ou à sa femme, désirant l'essayer. Cet homme manquait tout simplement de force de caractère pour s'imposer face à son épouse.
j'ai connu un cheval d'un seul cavalier qui le montait tout tordu, tous les jours: l'homme penchait à droite; Le jours ou il l'a laissé monter à une jeune cavalière, bien droite en selle, de bon niveau. Le cheval s'est mis à boiter; La jeune fille à cesser de le monter, le cheval à cesser de boiter. Il n'a jamais boité avec son cavalier habituel. Aurait-il pu supporter son cavalier s'il avait été monté régulièrement par des cavaliers bien droits avant de s'adapter au déséquilibre ? j'en doute....
Revenir en haut Aller en bas
http://gscuir.monsite.orange.fr/
medievart
Mascooteur débutant
Mascooteur débutant
avatar

Masculin
Age : 64
Localisation : Aquitaine Lot et Garonne
Emploi/loisirs : je pratique l'histoire médiévale, l'équitation, l'attelage, la philo hédoniste, la lecture, la gastronomie et l'amitié
Humeur : Memento vivere
Date d'inscription : 16/04/2009

MessageSujet: Jalousie jalousie, quel terrible mal…   Sam 31 Oct 2009 - 3:25

Chère Roxane, je subodore à travers tes messages que tu fais partie de ces cavaliers émérites qui peuvent se permettre l’exclusivité d’un cheval.

Mon conseil sur la pratique de « l’échangisme » si l’on veut bien me passer l’expression pour ce qui concerne les cavaliers et leurs montures n’était adressé à personne en particulier mais était avant tout destiné à la grande masse des cavaliers parmi lesquels j’ai très (trop ?) souvent entendu ce fantasme de possession exclusive d’un seul cheval pour un seul maître. Or ces propos n’étaient que rarement tenus par des maîtres au sens de celui qui maîtrise son art. C’était donc un conseil très général appuyé sur l’expérience.

D’ailleurs, la dernière partie de ton message à propos du cavalier qui penchait à droite abonde dans ce sens, il eut mieux valu qu’il apprenne à monter correctement avant de « massacrer » un cheval, même si celui-ci s’étant habitué à ce déséquilibre par compensation avait fini par s’en accommoder au point de n’être plus désormais montable que par lui. C’est tout à fait ce que je voulais dire, ton exemple confirme mon diagnostic et justifie mon propos.

En revanche, je suis tout à fait d’accord que la théorie du cheval à cavalier unique se trouve parfois justifiée, j’en avais donné exemple pour le très haut niveau dans des disciplines très spécialisées voire olympiques, mais bien sûr on peut étendre ces exceptions à tous les bons cavaliers surtout lorsqu’ils ont eux même débourré et préparé leur monture à leur main.

Je comprends que l’on répugne à laisser n’importe qui risquer de saccager des années de patient travail, de même que je ne pense pas qu’un grand virtuose laissera tripoter son Guarnerius ou son stradivarius par le premier venu.

Mais la jalousie… Laisse-moi te citer quelques auteurs pour commencer :

La jalousie est le tyran du royaume de l'amour.
(Cervantès)

La dictature est la forme la plus achevée de la jalousie.
(Malaparte)

Il y a dans la jalousie plus d'amour-propre que d'amour.
(La Rochefoucauld)

… Et bien d’autres encore mais ces quelques formules parmi les plus concises expriment en peu de mots tout le mal que tu te fais à toi même si je puis utiliser cette redondance.

Ne pouvoir faire confiance à personne ce doit être terrible… Je pense justement que l’équitation ne trompe pas, c’est même une des rares pratiques très révélatrices de personnalité et lorsque l’on voit un cavalier en selle on a vite fait de repérer les grands traits de son caractère, son comportement avec l’animal laisse augurer de celui que l’on peut en attendre avec autrui. Mille petits signes, des petites attentions à peine perceptibles, des impressions fugaces car il faut aussi se faire confiance à soi, à sa capacité d'appréciation. Et puis, je n'ai pas envisagé de confier son cheval à un inconnu ni au premier venu. En général, lorsque l'on pratique une discipline il est bien rare que l'on ne soit pas amené à la fréquentation de ses égaux, voire de meilleur que soi.

De plus, Il y a beaucoup de bonheur à faire confiance, par exemple je fais une absolue confiance au cheval que je monte, même si je le connais peu ne serais-ce que parce que je lui demande la même chose… Même si comme je l’ai expliqué précédemment je reste en veille permanente, c’est autant pour moi que pour lui. Je suis sur lui donc responsable, et s’il fait un écart pour x raisons, je ne dois pas être surpris et mieux, je dois m’adapter au plus vite et ne pas lui laisser l’impression qu’il m’a surpris.

Bref, pour ma part j’ignore tout de la jalousie, cela ne sied pas à mon naturel hédoniste et paradoxe oblige, je ne suis jaloux que de mon ataraxie…

J’en ai quand même trouvé une contre moi, je la prends aussi et j’en accepte le verdict :

Il y a des gens qui fuient la jalousie par paresse, d'autres qui l'écartent par orgueil.
(Tristan Bernard)

Ma foi pourquoi pas, du moment que je n’en souffre pas et que je n’en fais souffrir personne…

Bon, la dernière fois j’avais promis d’évoquer l’une de mes rares chutes, c’était il y a très longtemps dans les premiers jours d’une grande rando de plusieurs semaines, seul avec ma jument (et oui, à l’époque je montais encore des juments), ma selle mes sacoches et mon insouciance. Parti d’un petit village dans l’Ain, en partance pour la Provence en passant par l’ardèche, sans aucun trajet ni but défini, j’avais prévu de traverser le Rhône à Vienne. Pour un fleuve de cet acabit, il faut nécessairement un pont, c’est là toute la limite de l’autonomie du randonneur solitaire.

J’arrivais donc sur le plateau au dessus de Vienne, et devant moi un magnifique champ d’herbe haute. Me voilà parti pour un petit galop bien cadencé, tranquille Emile, lorsque soudain, le petit ruisseau qui traversait subrepticement le pré, bien caché par l’herbe haute a accueilli les antérieurs de ma vaillante Aglaé…

J’aurais pu le franchir sans m’en apercevoir Une foulée de galop par dessus et je n’aurais jamais su qu’il y eut un ruisseau à cet endroit. Mais le destin en a décidé autrement et me voilà parti pour un soleil mémorable, roulé boulé avec Aglaé et tout le fourniment éparpillé dans l’herbe haute… Tout est parti en vrac, les gamelles, les bidons les sacoches… Il y en avait partout… Heureusement plus de peur que de mal, et encore la peur c’est beaucoup dire, je n’en ai pas eu le temps. Tout s’est fait en douceur et le plus long a été de tout récupérer et de rafistoler tout ça pour que ça tienne encore pendant presque un mois… C’était ma première grande randonné, j’avais 18 ans, et j’y ai vécu des aventures fantastiques à une époque où les gens sortaient des maisons et même des fermes pour voir passer un cheval… Certains n’en avaient plus vu depuis la guerre… Si je m’étais arrêté à chaque fois que l’on m’offrait à boire, j’aurais été saoul tous les soirs…

Bon, il est 3 heures du mat, je vais dodo, la citation latine ce sera pour une autre fois, la bise à toutes et à tous,
Daniel
Revenir en haut Aller en bas
http://www.mascoo.com/boutiques/12168-M%C3%A9di%C3%A9v%27art.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les cavaliers mascooteurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les cavaliers mascooteurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les cavaliers mascooteurs
» Cavaliers Maraudeurs de Slaanesh
» Les cavaliers de la citadelle
» A propos des cavaliers maraudeurs avec fléau
» Aide cavaliers maraudeurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Mascooteurs :: La cuisine, le jardin, la maison, les animaux-
Sauter vers: